Politique

Révélations accablantes sur Me Mispa Awasum : l’instigatrice de la marche pornographique du MRC

L’ordonnance de mise en détention provisoire émise par le tribunal militaire de Yaoundé mentionne que Awasum Mispa Fri, est inculpée de complicité de révolution et rébellion, faits prévus et réprimés par les articles 74, 114 et 157 du code pénal. De ce fait, elle a été mise en détention provisoire pour une durée de six mois renouvelable.

Les autorités judiciaires se sont contentées de inculper Me Awasum Mispa Fri, de complicité de révolution et rébellion. Mais on aurait pu accoler à ces deux griefs, l’atteinte à la pudeur, et la pratique de la sorcellerie et du fétichisme. « Dans l’Anthropologie culturelle de la malédiction et du fétichisme dans les sociétés africaines, le nudisme ciblé, loin de toute parade exhibitionniste et de toute propension à la séduction, est une projection de sortilège, d’envoûtement et de malchance. », nous fait savoir un anthropologue.

Il est à rappeler que le samedi 21 novembre 2020, quelques militantes du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun), sous la férule de Me Mispa Awasum, avocat de profession et présidente des femmes dudit parti, ont organisé une marche en direction du domicile du leader de leur parti, Maurice Kamto. Marche au cours de laquelle elles ont exhibé sans aucune pudeur leur nudité. Fait gravissime du point de vue traditionnel.

Lire aussi
Cameroun : Parlement, le cimetière de l’esprit du vote

Mais sur un autre plan, cette marche dite pacifique, n’était qu’un fallacieux prétexte visant à provoquer un soulèvement, qui aurait permis aux forces exogènes tapis dans l’ombre d’entrer en scène. Me Awasum Mispa, nonobstant son activisme au sein du MRC, faut-il le souligner, est un agent de la Open Society de l’américain Georges Soros et du National Democratic Institut (NDI) de Christopher Fomunyoh. Deux ONG américaines qui apparemment œuvrent pour promouvoir la liberté d’expression, une société plus juste, égalitaire, et démocratique. Mais en réalité, ce sont des organisations qui servent de passerelle aux puissances occidentales.

Si autrefois ces puissances se sont servies de la bible et de la religion pour asseoir leur domination en Afrique, aujourd’hui c’est beaucoup plus par le biais des ONG qu’elles opèrent. Et les agents comme Me Awasum constituent pour ses prédateurs des points focaux, indispensable pour l’atteinte des objectifs qu’ils se sont fixés.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page