Afrique

RDC : un militaire voleur de portable tue 13 civils, avant de prendre la poudre d’escampette

Depuis le matin du vendredi 31 juillet, les habitants de la localité de Vira dans le Sud du Kivu en République Démocratique du Congo, ne décolèrent pas.

Et pour cause, un militaire congolais a tiré dans la foule, après avoir tenté de voler un portable androïde à l’un de ses habitants qui ont résisté. Une fusillade qui a fait au total 13 morts.

L’auteur de la tuerie, un soldat appartenant au deuxième bataillon de la douzième brigade de réaction rapide déployée dans la zone, est pour le moment toujours en fuite.

Les habitants de la localité réclament leur départ. Selon le reportage de l’un de nos confrères congolais de Bukavu, ce bataillon est déployé depuis l’an dernier pour mettre fin aux multiples braquages de véhicules et attaques des villages par des bandits armés. Cependant, pour la société civile, ces soldats ne protègent pas les citoyens. Le coordonnateur de la nouvelle société civile congolaise : « ce n’est pas normal qu’un militaire tue la population qu’il est sensé protégé… Ce n’est pas le premier cas, on en a marre ! Quand ces militaires vous trouvent la nuit ils vous demandent donnez-moi androïde ! il suffit seulement de résister une minute, ils vous tirent dessus. On a besoin des militaires loyaliste et non pas des tueurs. ».

Ce vendredi les habitants de Sangsue en colère ont manifestés sur la nationale n° 5. Tout en présentant les condoléances de l’armée aux familles des victimes, les porte-paroles de l’opération Soucola 2 au sud du Kivu, le capitaine Dieudonné Kassereka appelle à l’apaisement : « c’est un acte ignoble que nous condamnons avec la dernière énergie, mais c’est trop dire d’accuser tout le bataillon qui a toujours sécurisé la population contre les groupes armés locaux et étrangers. ».

Le gouverneur du Sud Kivu est arrivé sur place et a promis que cette demande (c’est-à-dire l’expulsion du bataillon de la localité) sera examinée. L’armée congolaise a promis quant à elle que le militaire en cavale répondra devant la justice.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page