Paris et Washington appuient Kiev suite à la cyberattaque contre ses sites gouvernementaux

Cybercriminalité

Les délégations des États-Unis et de la France, lors du cyberdialogue qui s’est déroulé en ligne, ont discuté des mesures pour soutenir l’Ukraine qui avait subit une cyberattaque contre le site du gouvernement, a annoncé le service de presse du département d’État américain.

En outre, les parties ont débattu d’un large éventail de sujets en la matière, y compris les efforts de lutte contre les rançongiciels et d’autres types de cybercriminalité.

Le Service de sécurité ukrainien (SBU) a déclaré ce vendredi qu’il enquêtait sur une attaque de pirates informatiques à grande échelle contre plusieurs sites Internet gouvernementaux, dont le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’Éducation. L’attaque s’est produite la nuit dernière. Le site Internet des services de l’État (« Diya ») est également temporairement indisponible. Le fonctionnement de la plupart des ressources publiques concernées a déjà été restauré, d’autres sites seront disponibles dans un proche avenir. Le SBU affirme que sur les pages d’accueil des sites attaqués les pirates ont publié des messages provocateurs. Pourtant, le contenu des sites n’a pas été modifié et, selon les informations préliminaires, il n’y a pas eu de fuite de données personnelles.

Alexeï Danilov, secrétaire du Conseil de sécurité et de défense nationale d’Ukraine, a rejeté sur la Russie la responsabilité pour les cyberattaques perpétrées contre des sites gouvernementaux ukrainiens.

Pour sa part, le chef du bureau présidentiel ukrainien, Andreï Iermak, n’a pas supposé quel pays pouvait être à l’origine du piratage, tout en qualifiant l’incident de tentative de déstabiliser la situation en Ukraine. Il a également souligné que Kiev coopérait étroitement avec Londres et Washington à ce sujet.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *