Paludisme, Vih/Sida et tuberculose: La Société civile camerounaise veut plus d’argent

Gfan Africa avec Cabral

Elle attire l’attention des décideurs sur le fait que la lutte contre la pandémie du Coronavirus fait ombrage aux efforts consentis pour la lutte contre ces trois autres maladies.

Depuis Janvier 2020, il est connu de tous que l’actualité internationale sur la santé est monopolisée par la pandémie de la Covid-19. Ce qui a fait constater un relâchement des efforts menés dans la lutte contre d’autres pandémies en Afrique et dans le monde. C’est du moins le constat des organisations de la société civile du secteur de la santé. Impact santé Afrique par exemple, a jugé utile de faire retentir la sonnette d’alarme sur l’importance de continuer à lutter contre le paludisme (une des premières causes de mortalité en Afrique) pendant cette période de Covid-19. En rappelant que « les actions de lutte contre le paludisme risquent de stagner voire reculer si l’attention et les efforts sont relâchés ». Ce qui a amené impact santé Afrique et d’autres organisations tels que Gfan Africa et Civil society for malaria elimination (CS4ME) à organiser une rencontre baptisée « Luttons ensemble contre le paludisme, le Vih/Sida, la tuberculose et la Covid-19 : Un appel de la société civile et de ses champions ».

Autour de la table, des acteurs du secteur public, des parlementaires, des élus locaux, des artistes humoristes, des « influenceurs » et des hommes de médias. Il était question de mobiliser ce beau monde et de les engager dans le plaidoyer pour la réduction de l’effet Covid-19 sur le Vih, le paludisme et la tuberculose, à travers un financement supplémentaire essentiel pour la lutte. L’objectif pour les organisations Impact santé Afrique, Gfan Africa et CS4ME est que les ressources financières additionnelles puissent atténuer l’impact de la Covid-19 sur la santé des populations, le politique et l’économie nationale. Aussi, de protéger les personnels de santé de première ligne et agents de santé communautaire contre l’impact du Covid-19 ; et renforcer le système de santé du Cameroun.

Solliciter les ressources financières domestiques

Ainsi, l’Honorable Cabral Libii, l’humoriste Moustik Karismatik et d’autres acteurs ont dit leur engagement à faire de cette lutte leur priorité dans
le cadre de leurs activités respectives. Afin de solliciter les ressources financières domestiques supplémentaires pour réduire l’effet de la pandémie Covid-19 sur les trois autres maladies. Notons que l’Afrique selon le Global Fund a doublé sa contribution au Fonds mondial en 2019 pour la lutte contre le paludisme, le Vih/Sida et la tuberculose. Et selon le Programme national de lutte contre le paludisme, singulièrement, cette maladie représentait en 2029, 28% de motif de consultation en milieu hospitalier ; 4510 décès rapportés dans les formations sanitaires, soit 12 décès par jour ; 89 décès rapportés chez les femmes enceintes, soit 1 décès lié au paludisme par jour ; 1164 décès rapportés chez les moins de 5 ans, soit 3 décès par jour.

Achille KAMGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *