Société

Paiement obligatoire des frais d’APEE : Human Right and Freedoms Movement tire la sonnette d’alarme

Gérard Ndebi, le Coordonnateur National de Human Rights and Freedoms Movement a récemment pondu un communiqué dans lequel il dénonce le paiement obligatoire des frais de l’APEE, dans les établissements scolaires, tant au niveau primaire qu’au niveau secondaire.

Une pratique malsaine qui non seulement va à l’encontre des textes régissant le fonctionnement des établissements scolaires, mais qui porte également un coup sérieux à l’amélioration du taux de scolarisation au Cameroun.

Ce dernier fait savoir et rappel aux parents d’élève que « le paiement des frais d’APEE n’est pas obligatoire tant au niveau primaire qu’au niveau secondaire, car aucune loi n’oblige quelqu’un à être membre d’une association. Dès lors, les membres des bureaux d’APEE et les chefs des établissements scolaires (primaires publiques/privé, les lycées et collèges), ne doivent sous aucun prétexte, refuser l’inscription à un enfant, ou expulser ce dernier de l’établissement scolaire sous le prétexte du non-paiement des frais d’APEE. »

D’autre part, le Coordonnateur National de Human Rights and Freedoms Movement recommande aux parents qui seront victimes de cette exigence pour la nouvelle rentrée scolaire qui se pointe à l’horizon, de ne pas hésiter à dénoncer « afin de nous aider à traquer et traduire en justice pour violation du droit à l’éducation, les membre des bureaux d’APEE et les Chefs d’établissement scolaire qui conditionnent l’inscription des enfant/élève par la paiement préalable des frais d’APEE », poursuit-il dans le communiqué.

À cet effet, il demande à tout parent ainsi abusé par cette pratique devenue récurrente dans nos établissements scolaires, de contacter l’ONG (Human Rights and Freedoms Movement), en appelant tout simplement le numéro de téléphone 6 96 31 57 47, qui dit-il apportera tout son soutien. Gérard Ndebi finit sa missive en rappelant que « le Gouvernement du Cameroun et les organisations partenaires au développement (UNESCO, Banque mondiale, etc.) prennent des mesures nécessaires pour améliorer le taux de scolarisation. ».

Où vont donc ces fonds alloués par les bailleurs de fonds, pour que nos établissements scolaires manquent de tout, y compris les enseignants. Les frais collectés par l’APEE, faut-il le souligner servent entre autre à payer les vacataires trivialement appelés « maîtres des élèves » …

Afficher plus

Un commentaire

  1. effectivement après lecture de votre article, une question me préoccupe. Pourquoi toujours attendre qu’un situation se dégrade pour venir en parler? est ce que les Gens n’ont pas étudié le problème de fond de cette APE qui subitement dérange?

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page