Sport

Marlène Emvoutou : «Des talents à présenter tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.»

Très connue des milieux de football depuis 17 années faites de hauts et de bas, elle dit être là pour apporter à la jeunesse footballistique ce qu’elle possède, c’est-à-dire son soutien à travers son projet « Festy- Foot Marlène Emvoutou » qui se tiendra du 07 au 14 août prochain à Ebolowa.

Quelles sont les opportunités qu’offre « Festy- foot Marlène Emvoutou » à la jeunesse ?

Il faut noter que je suis venue au football par passion, j’ai donc les dispositions à soutenir mes jeunes frères, pour les accompagner dans ce qu’ils aiment à savoir le football. La fondation Marlène Emvoutou avec ses partenaires vient soutenir volontairement et de manière désintéressée, une activité qui permet de réduire la délinquance juvénile pendant ces vacances. Ce sont ces moments de vacances où les enfants sont en divagation, il y’a des risques énormes. Il est question de les contenir positivement en les offrants cette opportunité du Festy-foot pendant une semaine. Avec ce tournoi, nous ferons un bouquet de ce que la région du Sud peut avoir comme talents à présenter tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Que peut-on comprendre derrière cette ambition toute noble ?

Vous savez, ce qui tue notre pays, chaque fois que quelqu’un mène une action, on trouve très vite une intention voilée. Je ne cache rien, j’ai une expérience dans le football d’environ 17 années. Pour le moment, c’est l’encadrement des jeunes qui m’intéresse à l’instant.
Vous oubliez que je suis fille d’ici, alors quand je veux faire quelque chose dans l’encadrement de la jeunesse sportive, je dois cacher que non. Mais si mes frères me sollicitent pour porter la voix de la région, le moment venu vous serez informé ouvertement. Vous savez toujours que je dis ce que fais et je fais ce que je dis, pour le moment c’est le tournoi, « Festy-foot Marlène Emvoutou ». J’ai été arrêté, je suis sortie de la prison, j’ai continué à travailler pour ce football. Ce n’est pas le poste qui est ma préoccupation, mais question d’une synergie en fonction des différentes expertises pour faire rayonner le sud-footballistique, voire le Cameroun dans son entièreté. Ce sont des postes d’honneur on n’y gagne pas d’argent, c’est du bénévole parce que ce qu’on peut gagner est dérisoire en tant que retombées.

Malgré tout, vous restez toujours dans ces milieux footballistiques ?

Vous savez, le football est comme le « Djambo », quand on y est, c’est difficile de ressortir. Parce que personne ne peut croire que je sois encore dans le football. Je le fais parce que ce sont ces humiliations-là qui permettent d’arriver le plus loin possible. Je ne partirai jamais de tout ce qui concerne la jeunesse. La vie m’a permis d’avoir certaines choses que d’autres n’ont pas, je dois partager avec les camerounais. Il y’a des gens qui viennent juste chercher des mandats électifs et puis rien. Je me battrai toujours, on doit tenir que le football peut être un vrai métier. Les Samuel Eto’o, ce n’est pas en vendant les arachides à un poste de péage qu’on les trouve, c’est bien en les donnant une opportunité de à travers les tournois du genre. Les recruteurs de Barcelone seront donc à Ebolowa pour voir ces enfants jouer, et chacun pourra saisir sa chance pour un contrat. Les académies occidentales qui travaillent avec nous aimeraient mettre des centres de formation localement, pour former les jeunes dans les conditions occidentales. Vous êtes sans ignorer que les déplacements des enfants footballeurs commencent à être difficiles.

Qu’est-ce qu’on pourra gagner au terme de ce tournoi ?

La coordination de « Festy-foot Marlène Emvoutou » mettra une subvention de 500.000 Fcfa à la disposition de la meilleure équipe du tournoi. Ce qui est différent des trophées et autres primes. L’équipe bénéficiaire pourra l’avoir en numéraire ou en équipement. Pour le top départ, toutes les dispositions sont prises en vue d’une meilleure fête de football à l’endroit de la jeunesse camerounais vivant à Ebolowa au Sud du Cameroun.

Propos recueillis par Jacques Pierre SEH

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page