Politique

Marches interdites du Mrc : Affaire renvoyée au 17 novembre 2022

La deuxième audience en appel des cadres du Mouvement pour la renaissance du Cameroun s’est déroulée hier.

Le procès d’Alain Fogue, d’Olivier Bibou Nissack, pascal Zamboue et plus de 30 autres militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), a eu lieu ce 20 octobre 2022 à la Cour d’appel du Centre. L’audience a été renvoyée au 17 novembre 2022 pour statuer sur la recevabilité de l’appel. Ces cadres du Mrc ont été condamnés en décembre 2021 et en janvier 2022 pour les lourdes peines privatives de liberté allant de cinq à sept ans par le tribunal militaire de Yaoundé pour les faits de coaction de révolution et de complicité par le tribunal militaire de Yaoundé qui a rendu cinq décisions le 27 et le 28 décembre 2021 et le 17 janvier 2022. Ils ont été interpellés depuis septembre 2020 pour avoir pris part aux manifestations pacifiques organisées par le parti. Cette marche pacifique avait pour but de dénoncer la crise anglophone dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et la mal gouvernance.

Lire aussi
Déstabilisation : le Nigeria remet en question l'accord de Greentree qui a restitué Bakassi au Cameroun

Une forte présence des policiers et gendarmes était perceptible hier matin à la Cour d’appel du Centre. L’itinéraire de la Sonel Centrale-les alentours de la Cour d’appel du Centre ont été pris d’assaut hier matin par plusieurs policiers et gendarmes qui ont érigé les barrières le long du trajet menant vers le tribunal pour empêcher aux automobilistes de circuler. Les centaines des militants du Mrc qui ont fait le déplacement de la Cour d’appel n’ont pas pu trouver une place dans la salle d’audience à cause des mesures de restriction imposées par les forces de maintien de l’ordre et de sécurité.

Lire aussi
Génocide au Cameroun : La classe politique et la société civile se divisent sur la question

Quelques personnalités politiques sont venues témoigner leur solidarité aux militants du Mrc. Il s’agit notamment de Jean Michel Nintcheu, député Sdf du Wouri et Emmanuel Ntonga, le responsable régional du Sdf pour le Centre. La défense des militants du Mrc est plus nombreuse contrairement à la première audience du 15 septembre 2022. Plus de 30 avocats, constitués dans le cadre du collectif Sylvain Souop se sont constitués pour défendre les militants du Mrc. Maurice Kamto, le président de cette formation politique était assis sur le banc des avocats de la défense. La demande de modification de la composition de la cour introduite par la défense a été rejetée hier. Ce sont les mêmes magistrats de la première audience qui présidaient l’audience d’hier.

Lire aussi
CONFEJES : Louisette-Renée Thobi la nouvelle Secrétaire Générale et le Ministre Mounouna communient avec la presse

237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page