Lutte contre le sida : La prévalence recule au Cameroun

A l??occasion de la journée internationale commémorée hier, le Cameroun marque des points en matière de prévention et de prise en charge. 2009 est une année globalement porteuse d??espoir en matière de lutte contre le sida au Cameroun et dans le monde. Et pour André Mama Fouda, ministre de la Santé publique, cet espoir c??est aussi la joie de vivre de milliers de jeunes qui ont pris d??assaut le palais

polyvalent des Sports de Warda hier. La journée internationale de lutte contre le sida 2009, un vrai carnaval qui a laissé sans voix, Thierry Mertens, coordonnateur du système des Nations unies au Cameroun. Il y avait de quoi : Tsimi Toro, Majoie Ayi, Nar6 Pryze, Nono Flavy, Edoudoua et Zakougla?? et en face, des lycéens survoltés. Beaucoup d??animation donc, pour faire passer le message de la journée : « Je suis en pleine possession de mes droits. Arrêter le sida. Tenir la promesse. » L??autre motif d??espoir vient des chiffres récents de la pandémie. Un recul de 17% dans le monde au cours des huit dernières années. Une prévalence en léger recul au Cameroun, selon le ministre Mama Fouda qui cite le dernier taux de 5,1% publié par l??Onusida pour les 15-49 ans; contre 5,5% en 2004. C??est déjà ça, mais on peut faire mieux : « Il faudrait que nous soyions en dessous de 5% d??ici un ou deux ans », martèle le ministre de la Santé publique. Petite mise au point au sujet des ruptures réelles ou fictives d??ARV : « Arrêtez de suivre les oiseaux de mauvais augure ! » L??évolution positive est d??ailleurs confirmée par Thierry Mertens, qui arrache une salve d??applaudissements après avoir annoncé que le Cameroun est passé numéro un en Afrique en ce qui concerne la disponibilité des services de lutte contre le VIH/Sida et d??unités de dépistage. Ce sont évidemment des acquis à pérenniser comme l??ont relevé les différents orateurs. Mais il y a encore du chemin. Les personnes vivant avec le VIH notamment estiment, par la voix de leur représentant Michel Irogo, que le champ des droits et devoirs des PVVIH n??est pas encore exploré en raison de l??absence d??un cadre juridique. Résultat : la stigmatisation et la discrimination restent de tristes réalités, malgré les efforts. Et à propos d??efforts, un vibrant hommage a été rendu par les orateurs successifs à la première dame. Chantal Biya remerciée par Jean Stéphane Biatcha de Synergies africaines, André Mama Fouda et tous les jeunes en ch??ur. L??événement placé sous le haut patronage de l??épouse du chef de l??Etat a été l??occasion de redire avec emphase tout le bien que procure son engagement dans la lutte contre le sida. Les résultats commencent à suivre. Que demander de plus ?
Yves ATANGA, CT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *