L’OSCE est déterminée à poursuivre sa présence et son soutien en Ukraine

OSCE

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est déterminée à poursuivre son travail en Ukraine. C’est ce qu’a déclaré lundi le ministre polonais des Affaires étrangères, Zbigniew Rau, qui assure la présidence de l’OSCE en 2022, lors de la 29e session de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE à Birmingham, au Royaume-Uni.

« Nous restons déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que l’OSCE soit présente en permanence et apporte le soutien nécessaire à l’Ukraine », a-t-il déclaré.

M. Rau a une nouvelle fois regretté que les mandats de la Mission spéciale de surveillance et du Coordinateur des projets de l’OSCE en Ukraine n’aient pas été poursuivis en raison de la position de la Russie.

« Compte tenu de la situation humanitaire difficile en Ukraine, avec la secrétaire générale, nous avons pris des mesures pour identifier les moyens appropriés pour les structures de l’OSCE de soutenir toutes les actions humanitaires », a déclaré M. Rau.

La Mission spéciale d’observation de l’OSCE a commencé son travail en Ukraine en 2014. Son mandat n’a pas été renouvelé à la fin du mois de mars en raison de la position de la Russie, qui a refusé de soutenir une décision consensuelle. Le représentant permanent de la Russie auprès de l’OSCE, Alexandre Loukachevitch, a souligné qu’avec l’émergence des deux républiques souveraines, les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, il ne voyait pas l’utilité d’une quelconque mission de surveillance sur le territoire de Donbass. Selon lui, la mission de l’OSCE en Ukraine a récemment joué le jeu du Kiev officiel dans ses rapports, et la surveillance est devenue de plus en plus un mécanisme pour désorienter la communauté internationale.

Début mars, la secrétaire générale de l’OSCE, Helga Schmid, a indiqué que près de 500 observateurs de la mission avaient été évacués d’Ukraine après que la Russie eut lancé une opération militaire spéciale le 24 février. Le 1er mars, le personnel de la mission a quitté l’hôtel Slavianskaïa à Lougansk et est parti vers une destination inconnue. Le chef de la république populaire de Lougansk, Leonid Passetchnik, a interdit l’activité de la mission dans la république à partir du 30 avril. Il a noté qu’en huit ans, elle n’avait jamais contribué au règlement du conflit dans le Donbass. Plus tard, deux membres de l’équipe de Lougansk ont été détenus dans la république pour suspicion de trahison.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *