Société

Cameroun: Les confessions intimes de Daphne

La reine de l’édition Canal 2’Or 2019, souffrait de « vaginisme ». A travers sa fondation, elle veut lutter contre les violences faites aux femmes.

Daphné de son vrai nom Njie Efundem Daphne, née le 20 septembre 1989 à Buea, est une chanteuse camerounaise d’afro pop. La nouvelle coiffure (boule zéro) de la brand ambassador de Yoomee Mobile suscite des interrogations sur la toile. La reine de l’édition Canal 2’Or 2019 a fait une sortie sur sa page Facebook le dimanche 27 septembre 2020 pour s’expliquer le choix de sa nouvelle coiffure. « J’ai été violée dans mon enfance par une personne dont je ne me souviens plus. J’ai vécu une série de dépression, de crises d’anxiété et de panique et une détérioration de ma santé en raison du traumatisme que j’ai traversé », écrit la meilleure artiste féminine aux Balafon Music Awards 2019. « Je souffre d’attaque, de panique et je vomis à chaque fois que j’essaie de devenir intime parce que je sens la forte odeur de sa sueur et des flashbacks de la scène. Après la fin de la première relation, je ne pouvais pas me pardonner d’avoir laissé un homme en moi à nouveau. Les choses ont empiré quand quelqu’un à qui je me suis confié m’a dit « regarde celle-là qui ne se souvient même pas qui a pris sa virginité », à ce moment-là, j’ai été complétement abattue » L’auteur de « Gunshot » explique qu’elle se sentait comme « une chose sale et sans valeur ». « Je n’ai pas pu recevoir de traitement en raison de ma peur de pénétrer quoi que ce soit dans mon vagin. J’ai fréquenté un certain nombre de gars qui ne pouvaient pas comprendre pourquoi je ne pouvais pas avoir de relations sexuelles. Certains d’entre eux pensaient que j’étais lesbienne, certains pensaient que j’avais vendu mon vagin de manière démoniaque pour le succès de ma carrière, certains croyaient simplement qu’en tant qu’artiste je dormais. C’est pourquoi je ne pouvais pas coucher avec eux ».

Née de nouveau

L’artiste va plus loin en confessant que cela fait presque dix ans qu’elle a eu des relations sexuelles. « Mon état de santé s’est détérioré au fil des ans. Fin 2018, j’ai été transporté d’urgence à l’hôpital après m’être évanoui à cause d’une douleur aiguë et après analyse, le médecin a déclaré que le test le plus important pour mon état pouvait être effectué car je souffrais de « vaginisme ». Il m’a référé à un psychologue/Psychiatre Dr.Eyoum où j’ai pu surmonter mes détresses, je suis moins anxieuse. Avec la coupe de mes cheveux, j’ai éteint tout ce qui entravait ma croissance d’une manière ou d’une autre (bien que cela ait également été fait pour soutenir une femme forte qui se bat contre le cancer). Je peux dire que je suis « née de nouveau », prêt à être à nouveau une femme, affirmée, assurée, intrépide, pleinement autonome et responsable », raconte celle qui a signé récemment un featuring avec la star congolaise Koffi Olomide. Elle qui invite ses fans à suivre sa fondation sur Instagram et Black Empowered woman sur Facebook, « ensemble luttons contre cet acte diabolique de viol et d’abus sexuels et encourageons les soins de santé mentale et psychologique à travers la thérapie pour permettre a nos jeunes filles et femmes victimes de cet acte de grandir sans un frein à leur développement et à leur émancipation. Je raconte mon histoire pour vous faire savoir que vous n’êtes pas seul et que vous avez besoin d’aide. J’ai commencé @bewomanbydaphe parce que tant de femmes/filles souffrent des effets de la sexualité et ne savent pas qu’elles ont besoin d’aide ni où trouver de l’aide. Faisons cela ensemble ».

Elvis Serge NSAA

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page