Société

Les brasseries du Cameroun prit en flagrant délit de vente des produits périmés narguent une de ses victime

C’est une affaire rocambolesque que vous n’en croirez pas vos yeux.

En 2017 dans l’une de ses campagne promotionnelle de vente des ses produits, les brasseries du Cameroun ont cru devoir se jouer de la vigilance des pauvres consommateurs pour écouler ses stocks périmés et se faire de l’argent au détriment de la santé de ceux-ci.

TCHITCHO OUETE MERLIN ce jour du 02 novembre 2017 a découvert le pot aux roses. En effet le responsable des ventes KEME EDJENGUELE, agissant pour le compte des brasseries était l’initiateur de cette vente promotionnelle des jus Orangina 1,5 litres au prix de 500 frs. Merlin pour étancher sa soif et ne se doutant de rien s’est procuré deux bouteilles pour 1000 frs CFA. En consommant la première bouteille, suite à un goût inhabituel de ce jus, décide de regarder sur la bouteille la date de péremption. C’est ainsi qu’il découvre que le produit est périmé.

Suite à sa plainte déposée à la brigade de gendarmerie de New Bell, la vente sera stoppée et les produits saisies et reversés au ministère du commerce sous forme de scellés. le responsable des ventes des brasseries et son équipe seront quant à eux entendus et déférés au tribunal de première instance de Douala Bonanjo. Pour justifier sa vente, ce responsable des ventes a déclaré que les produits périmés vendus étaient une erreur d’exploitation. Il sera libéré sous garant après 72h de garde à vue et une enquête judiciaire sera ouverte auprès du même tribunal.

Trois ans plus tard,une ordonnance de renvoi devant le tribunal de première instance statuant en matière correctionnelle sera servie aux brasseries suites aux conclusions du juge d’instruction qui dans ses conclusions a mentionné que les charges étaient assez suffisantes pour que tous les inculpés soient poursuivies en correctionnelle.

La même année, sous la houlette d’un médiateur aux fins de régler à l’amiable cette affaire, le directeur général des brasseries regrettera le caractère tardif de la démarche et décida de s’en remettre aux décisions de justice. Depuis ce jour, les brasseries du Cameroun n’assistent à aucune audience et le tribunal se voit obligé de renvoyer l’affaire à chaque fois. La prochaine audience fixée ce 13 septembre 2021 pourra-t-elle voir enfin le représentant légal des brasseries comparaître afin que la justice puisse vider ce dossier qui jusqu’ici a déjà ruiné la victime ?
Nous y reviendrons

LeTgvdeLinfo

Afficher plus

Un commentaire

  1. Où sont passées les associations de défense des droits des consommateurs !!? Elles auraient pu se constituer partie civile dans cette affaire, de manière à alléger les frais de justice et les pressions subied par cette victime [email protected]

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page