Lékié : le pitoyable spectacle des chefs traditionnels anti-Kamto tourne au vinaigre

Anti Kamto

La mascarade orchestrée par certains chefs traditionnels de la Lékié, qui avaient mis en scène de façon macabre l' »enterrement » de Maurice Kamto, a finalement tourné court. La cause ? Des querelles éclatent déjà au sein de ce groupe pour le partage de maigres enveloppes, loin des fortunes promises.

Une mise en scène réalisée pour de l’argent facile

C’est dans le village de Nkolngal que ce spectacle désolant s’était déroulé il y a quelques jours, sous l’impulsion de chefs tels que Ntede et Armand Lavoisier Kono Eyebe. Objectif assumé : réaliser une cérémonie ésotérique pour provoquer la mort de Maurice Kamto avant 2025.

Séduits par l’appât du gain facile en visant une personnalité de premier plan, ces chefs ont donc songé faire fructifier ce présent funeste au leader de l’opposition. Mais les maigres bénéfices récoltés ont vite douché les ardeurs.

Des miettes à se partager pour les chefs grugés

Au final, le commanditaire Ntede n’a redistribué que 2000 FCFA à chaque participant pour le « dérangement ». Seul Kono Eyebe, chargé des vidéos, a empoché 20 000 FCFA. Des miettes qui passent très mal auprès des chefs traditionalistes.

Furieux d’avoir été grugés, alors qu’ils escomptaient des millions pour leur prestation macabre, ces derniers piquent désormais une colère noire. Entre eux, c’est maintenant la guerre ouverte pour obtenir réparation de cet affront.

La misère des populations locales en toile de fond

Ces révélations jettent une lumière crue sur les motivations peu glorieuses de certains chefs traditionnels, prompt à toutes les bassesses pour obtenir desespèces sonnantes et trébuchantes.

Quand on sait les populations locales croupissent dans le dénuement, frappées de cécité et d’épilepsie, on mesure encore plus la déchéance de ces autorités coutumières prêtes à toutes les compromissions. Une triste réalité des zones rurales camerounaises où le pouvoir traditionnel a perdu son âme.

Joël Mbida, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *