Le Tchad réorganise son armée

Idriss Déby Itno vient de lancer l??opération à Moussoro, une petite localité située à quelque 300 km au nord-ouest de la capitale.
Dégraisser, réorganiser et professionnaliser les forces armées, tel est l??objectif poursuivi par l??opération nettoyage de l??armée que le chef de l??Etat tchadien Idriss Déby Itno vient de lancer à Moussoro, une petite localité située à quelque 300 km au nord-ouest de la capitale tchadienne. Particularité de cette localité : elle abrite le plus grand et le plus vieux centre d??instruction militaire du pays.
Ayant gonflé au gré des guerres civiles que le pays a connues, les effectifs de l??armée tchadienne ont besoin de ce nettoyages, estiment les

hauts gradés. Il faut dire que cette armée a connu ces dernières années l??intégration d??anciens partisans de différents chefs rebelles et de membres de clans ralliés au pouvoir central. « L??armée nationale tchadienne compte dans ses rangs des commerçants, des étudiants, des éleveurs, des femmes et des morts » se plaint un collaborateur du chef de l????tat.
Sur 12?000 hommes et femmes recensés par la commission de réorganisation des armées, moins de 5?000 ont été jugés aptes et envoyés dans des centres de formation. Les autres devront retourner à la vie civile, affirme le collaborateur d??Idriss Déby Itno.
Il aura fallu attendre six ans après les états généraux de l??armée, en avril 2005, pour voir un début de solution mis en place. Selon un proche collaborateur du président tchadien, « les conditions sont maintenant réunies grâce à la collaboration avec le Soudan, en février 2010 », car les multiples groupes armés qui opéraient à partir du territoire soudanais ont été neutralisés.
Idriss Déby Itno vient de lancer l??opération à Moussoro, une petite localité située à quelque 300 km au nord-ouest de la capitale.Dégraisser, réorganiser et professionnaliser les forces armées, tel est l??objectif poursuivi par l??opération nettoyage de l??armée que le chef de l??Etat tchadien Idriss Déby Itno vient de lancer à Moussoro, une petite localité située à quelque 300 km au nord-ouest de la capitale tchadienne. Particularité de cette localité : elle abrite le plus grand et le plus vieux centre d??instruction militaire du pays.Ayant gonflé au gré des guerres civiles que le pays a connues, les effectifs de l??armée tchadienne ont besoin de ce nettoyages, estiment les hauts gradés. Il faut dire que cette armée a connu ces dernières années l??intégration d??anciens partisans de différents chefs rebelles et de membres de clans ralliés au pouvoir central. « L??armée nationale tchadienne compte dans ses rangs des commerçants, des étudiants, des éleveurs, des femmes et des morts » se plaint un collaborateur du chef de l????tat.Sur 12?000 hommes et femmes recensés par la commission de réorganisation des armées, moins de 5?000 ont été jugés aptes et envoyés dans des centres de formation. Les autres devront retourner à la vie civile, affirme le collaborateur d??Idriss Déby Itno.Il aura fallu attendre six ans après les états généraux de l??armée, en avril 2005, pour voir un début de solution mis en place. Selon un proche collaborateur du président tchadien, « les conditions sont maintenant réunies grâce à la collaboration avec le Soudan, en février 2010 », car les multiples groupes armés qui opéraient à partir du territoire soudanais ont été neutralisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *