International

Le refus de visas à la délégation russe de l’OSCE rend ses décisions illégitimes

La décision des autorités britanniques de ne pas délivrer des visas aux membres de la délégation russe participant à la session d’été de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) rend ses décisions illégitimes et nulles pour Moscou, la Russie se réserve le droit dans de telles conditions de se retirer de cette organisation. C’est ce qu’a annoncé mercredi le chef de la délégation russe, le vice-président de la Douma d’État (chambre basse du parlement) Piotr Tolstoï.

« En tant que chef de la délégation, j’ai informé les membres de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE qu’une telle décision du Royaume-Uni rendait toutes les résolutions et décisions adoptées en notre absence illégitimes, nulles et non avenues pour nous« , a fait savoir le député. Selon lui, la Russie se réserve « le droit de se retirer de l’organisation qui, à l’instar des russophobes, bloque le travail de la Russie sur sa plateforme parlementaire ».

M. Tolstoï a noté que les autorités britanniques qui accueillaient la session d’été de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE à Birmingham « avaient grossièrement et catégoriquement refusé d’accorder des visas d’entrée aux délégations parlementaires de Russie et de Biélorussie ». « La direction de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE a fait preuve de son incapacité à organiser un dialogue global et n’a pas réussi à influencer les décisions politisées des Britanniques », a noté le vice-président de la Douma d’État.

Lire aussi
Média : Télésud veut passer à la vitesse supérieure

Plus tôt, Vladimir Djabarov, premier vice-président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), a déclaré que le gouvernement britannique avait refusé de délivrer des visas à la délégation russe pour participer à la session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE qui se tiendra du 2 juillet au 6 à Birmingham. Il a ajouté que la question de l’exclusion de la délégation russe de l’assemblée pourrait être soulevée au cours de la session.

Lire aussi
Côte d’Ivoire, l’étrange mise à l’écart d’Adama Bictogo

237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page