Politique

Le Rdpc et sa base : Entre « viol », indiscipline et contestation perpétuelle

La grogne, les protestations, la menace d’implosion ajoutées à l’indignation collective attestent de ce que le parti du flambeau ardent, rattrapé par ses démons intérieurs de l’immobilisme à du mal à s’échapper des braises incandescentes.

Entamée depuis le 07 août dernier, la vaste opération électorale en vue du renouvellement des bureaux des organes de base du Rdpc est mise à rudes épreuves. Pendant les 54 jours que va durer ladite opération de renouvellement (jusqu’au 30 septembre 2021), on assistera à des rudes empoignades. Au cœur des joutes électorales dans les 377 sections (de l’intérieur et à l’étranger) du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), la bataille s’annonce houleuse, stressante et très engagée pour les 17.535 membres des bureaux à la conquête d’un strapontin dans les sections Rdpc, Ofrdpc et Ojrdc. Dans les chaumières et les points chauds, il s’observe à la base: des gorges chaudes et des menaces d’implosion. Des voix s’élèvent pour décrier, contester, entrer en rébellion « radicale » contre les spécialistes de la mégalomanie, le chantage, le mensonge, la surenchère et le clientélisme.

Au sein de certaines sections, la menace frise les frontières outrancières de l’agacement et le soulèvement des militants qui s’apprêtent à descendre dans la rue pour crier leur colère et mécontentement. L’arbitraire dans les arbitrages laisse penser que certains hauts cadres et fonctionnaires de l’administration, à la retraite pour la majorité sont à la course des bureaux de sections du Rdpc. Ils sont aidés en cela par des soutiens-complices tapis au secrétariat général du comité central du Rdpc. Les candidatures sont ainsi truffées, inondées d’imposture, d’impopularité. Beaucoup d’entre eux sont des militants de la 25ème heure. Par des moyens incontrôlables, des arguments spécieux, on les retrouve en flagrant délit de hold-up, de braquage d’un poste électif dans les bureaux des organes de base du Rdpc.

Stratégie de « frappe » et de l’esbroufe

La dictature organisée au sommet des instances dirigeantes du secrétariat général du comité central du Rdpc est au centre des turbulences, de la bravade des « états-majors » à la conquête des bureaux du Rdpc. Dans les multiples intentions, il s’observe la volonté à peine voilée de snober, ignorer, fouler au pied, les directives et la circulaire édictées s’agissant des modalités des opérations de renouvellement des bureaux des organes de base. Qu’est ce qui peut aveugler un sénateur, membre du comité central du Rdpc au point qu’il en arrive à biaiser, piétiner et travestir les directives, alors même que sur le feu de l’action, tout le monde attend le voir prêcher par l’exemple? Comment comprendre ou expliquer les pratiques du passage au forceps des caciques et dinosaures du Rdpc, dans leur démarche mafieuse à imposer les leurs dans les bureaux des organes de base?

Qu’est-ce qui peut justifier la supercherie, la fumisterie, les tripatouillages et les nombreuses contradictions dont font montre les thuriféraires et les apparatchiks du Rdpc dans le mauvais rôle, celui de ne pas laisser s’exprimer la démocratie et la loi de la majorité? Pourquoi une poignée de brocanteurs politiques, en embuscade au secrétariat du comité central du Rdpc s’obstine à refuser de suivre le choix du peuple à la base? Pourquoi affectionnent-ils de torpiller, disqualifier certaines candidatures au mépris des recommandations du Président national du Rdpc Paul Biya et du Secrétaire Général du comité central Jean Nkueté?

Face au péril sur le vote de cœur des militants du Rdpc qui s’annonce à la base, on attend de voir le président national du Rdpc sonner le glas, la fin: des crises en interne, des batailles stériles de positionnement, des guerres intestines de leadership, des combats d’ego surdimensionnés, les tacles irréguliers, les actes d’anti jeu et l’adversité calculée. Des maux qui plombent et empêchent le déroulement en toute tranquillité des opérations de renouvellement des bureaux des organes de base dans les 377 sections Rdpc à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Souley ONOHIOLO

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page