Le MINJEC promeut le volontariat dans les structures socio-éducatives

volontariat

Le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC) accueillait ce lundi une session de sensibilisation au volontariat destinée aux acteurs des milieux scolaires et associatifs camerounais. L’occasion de vulgariser ce dispositif et de le structurer au sein des établissements.

C’est dans les locaux de la Fondation Muna à Yaoundé que se tenait cet atelier placé sous l’égide de Marc Armand Sandjok, Inspecteur Général au MINJEC. Il intervient quelques mois après l’adoption de la loi encadrant l’organisation et la promotion du volontariat dans le pays.

L’enjeu pour le ministère étant désormais de diffuser largement ce nouveau texte auprès des populations jeunes, de le vulgariser auprès des acteurs de terrain, et de le matérialiser sous forme de programmes concrets.

Sensibiliser les structures socio-éducatives

Durant cette session, différents experts sont ainsi intervenus pour expliquer les nouveaux mécanismes du volontariat et son articulation avec le service civique prévu par la loi. L’accent a également été mis sur l’intérêt de créer des clubs dédiés au sein des écoles, centres de formation ou associations.

Plus largement, c’est toute la philosophie du volontariat en tant que vecteur d’engagement citoyen et de cohésion sociale qui a été promote auprès de cet auditoire stratégique pour le MINJEC.

Promouvoir 150 clubs de volontariat opérationnels

Aujourd’hui, une centaine de ces clubs sont déjà actifs à travers les 10 régions du Cameroun. L’objectif étant d’atteindre rapidement le cap des 150 clubs pleinement opérationnels, grâce au travail de proximité réalisé lors de tels ateliers.

Pour y parvenir, les participants ont planché en groupes sur les modalités de création et d’animation des clubs, les difficultés rencontrées, et les solutions pour en assurer la pérennité dans le temps.

Favoriser l’engagement volontaire des jeunes

Au final, cette initiative du MINJEC devrait permettre de libérer et de mieux structurer le formidable élan de volontariat observé chez les jeunes camerounais. En le canalisant via des programmes adaptés aux besoins des communautés, dans un esprit de solidarité nationale.

Et en faisant des structures socio-éducatives des places fortes de cette mobilisation citoyenne, pour qu’elle s’enracine durablement chez les générations montantes.

Joël Mbida, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *