Le MINEPIA au secours de la pisciculture

Le directeur des pêches et de l??aquaculture vient de remettre un important don matériel à un groupe de pisciculteurs dans le département de la Mefou et Akono. Près d??un million de franc CFA. C??est le montant d??un important lot de matériel que vient de recevoir le GIC dénommé « Femmes rurales pour le développement agricole », jeudi dernier à

Ottotomo village. Ce matériel a été remis à leur délégué, Biloa Ayissi Monique, des mains du directeur des pêches et de l??aquaculture, Baba Malloum, accompagné pour l??occasion du secrétaire exécutif de la caisse pour le développement, Sanzhie Bokally, et du sous directeur de la pêche artisanale, Mme Monique Bondja. Composé d??une douzaine de brouettes, de fourches, de pelles, de bottes, de pioches et de paires de gants, ce matériel a été fourni en réponse à la requête formulée par les membres de ce GIC. Ceci pour assurer une bonne évolution de leur activité piscicole, qui est l??élevage des tilapias et des « Kanga ». En percevant ce don, Biloa Ayssi s??est dit comblée, et au nom de ses camarades, déterminée à faire de leur village, une référence en pisciculture. Quant à lui, Baba Malloum leur a transmis les encouragements de son ministre, tout en promettant d??autres dons. Malgré la pluie surprise qui s??est invitée, il a tenu à braver à pied les péripéties du chemin pour visiter quelques étangs. Il en ressort que grâce au partenariat de formation signé avec le projet « pisciculture villageoise rentable centre ??Ouest Cameroun », (PVOC) dirigé par l??Ong française APDRAF-France, le GIC a crée à ce jour six étangs de plus de 2000m2 chacun, et mis en chantier six autres. Selon David Bissai, responsable local de ce projet, ce dernier n??est encore qu??au stade expérimental, mais les résultats sont déjà probants. Les pêches atteignant près de 100kg par hectare sans apports externes, et un tilapia d??à peine six mois, pesant près de 2 kilos, a été présenté aux visiteurs. Malheureusement, les pisciculteurs manquent de moyens financiers et matériels, car le projet ne concerne que la formation. D??où l??intérêt du don qu??ils viennent de recevoir. « Avec ce matériel et un peu plus de moyens, les pêches peuvent atteindre une à trois tonnes par hectare », indique David Bissai.
Emmanuel ETOUKE EBOUELE, Cameroon Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *