Le gouvernement prend des mesures pour éradiquer le braconnage dans le Nord

Actualité

Les braconniers qui écument depuis quelques semaines le parc national de Bouba N??djidda dans le Nord, n??ont qu??à bien se tenir.Sur hautes instructions du chef de l??Etat, des mesures énergétiques ont été prises mercredi dernier à Garoua, pour éradiquer définitivement le phénomène de braconnage dans cette aire protégée. La mission interministérielle que conduisait le ministre délégué à la présidence chargé de la défense, Edgard Alain

Mebe Ngo??o, n??a pas fait dans la langue de bois. Le Mindef était accompagné pour la circonstance, du ministre des Forêts et de la Faune, Ngole Philip Gwese, et du gouverneur de la région du Nord, Gambo Haman. Arrivés mercredi dernier dans le chef-lieu de la région du Nord à bord du cargo militaire C130, les deux membres du gouvernement n??ont pas eu de répit. La séance de travail à huit clos qui a réuni autour d??une même table, autorités administratives, responsables locaux des forces de défense et de sécurité, responsables techniques locaux du ministère des Forêts et de la Faune, a porté sur trois points, comme l??indique le communiqué final lu par le SG du Minfof, Dénis Koulagna Koutou. Il s??agit notamment des circonstances de survenue des actes de braconnage, du nombre des éléphants abattus et des mesures prises.S??agissant des circonstances, on apprendra de ce document que c??est une menace asymétrique, caractérisée par une infiltration des individus étrangers, à dos de chameaux et de chevaux, et munis d??armes de guerre. Pour ce qui est du nombre des éléphants abattus, le document fait état de 128 éléphants trucidés, en l??état actuel du recensement effectué par les experts sur le terrain. Quant aux mesures prises, elles sont d??ordre administratif et sécuritaire. On parle ainsi du réaménagement du parc national de Bouba N??djidda, du renforcement des effectifs des éco-gardes, du reversement effectif aux populations des taxes d??affermage et leur encadrement par les autorités administratives. Sur le plan sécuritaire, le dispositif mis en place dans les aires protégées a été renforcé en vue de l??éradication définitive du phénomène de braconnage.
Cependant, le document signé par les deux ministres précise que « le gouvernement de la République condamne énergiquement les actes de grand braconnage qui ont été perpétrés, et qui contribuent à la dégradation de la biodiversité, et portent gravement atteinte aux activités économiques ».
En rappel, c??est depuis le mois de janvier dernier, que l??on a commencé à comptabiliser des carcasses de pachydermes abattus dans le parc national de Bouba N??Djidda, situé dans le département du Mayo-Rey. Une réserve qui couvre une superficie de 220 000 hectares, et qui contiendrait, selon des sources officielles, une population d??éléphants estimée à 400 pachydermes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *