Afrique

L’armée nationale libyenne prend le dessus avec des missiles rénovés de l’ère soviétique capables de frapper des cibles terrestres et maritimes

Lors du récent briefing à Benghazi, le porte-parole de l’armée nationale libyenne (ANL), Ahmed Al-Mismari, a affirmé que l’ANL avait relancé les forces de missiles. Cela est devenu possible après la restauration des missiles balistiques soviétiques R17 “Scud”.

Les ingénieurs de l’armée libyenne ont réussi à restaurer les missiles R17 qui avaient été fournis à la Libye par l’Union soviétique, a déclaré Al-Mismari. Il a souligné que l’armée libyenne possède une centaine de missiles de ce type avec une portée revendiquée allant jusqu’à 300 kilomètres.

Al-Mismari a précisé que la formation du personnel a été récemment achevée, notant que l’équipement est complètement prêt à être utilisé sur ordre du commandement général de l’ANL.

Lire aussi
Journée internationale de l'enfant africain 2020: La Fondation UBA fait un don de milliers de livres à travers l'Afrique

Selon des experts militaires, ces missiles augmenteront considérablement les capacités opérationnelles de l’armée de Khalifa Haftar dans sa lutte contre les forces du gouvernement d’accord national soutenu par la Turquie. En particulier, les forces de l’ANL pourront détruire non seulement des cibles militaires au sol, mais aussi des cibles maritimes près de la côte libyenne.

Il convient de noter que des navires turcs avaient auparavant attaqué des positions de l’armée libyenne. Étant donné que les missiles R17 ont été reçus par la LNA, il sera plus difficile pour les flottes étrangères de mener des attaques, tandis que les forces de Haftar sont en mesure de fournir une meilleure protection à la région du croissant pétrolier et gagneront un avantage sur un ennemi au milieu de la l’embargo des Nations Unies sur les armes contre Libye.

Lire aussi
Médiation de la CEDEAO : 5 Chefs d’États au chevet de l’État Malien

Dans le même temps, Al-Mismari a réaffirmé l’attachement de l’armée libyenne au cessez-le-feu annoncé par le président égyptien Addel Fattah Al-Sissi au Caire le 8 juin en présence du commandant de l’ANL Haftar et du président du parlement libyen Aguila Saleh.

Il a ajouté que l’ANL n’a pas encore violé la trêve, mais conserve le droit légitime de répondre à toute agression.

Hassan Mansour

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page