L’Allemagne estime que les autorités biélorusses sont responsables de la crise migratoire

Angela Merkel

La chancelière allemande par intérim Angela Merkel, lors d’une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, a affirmé que c’étaient les autorités biélorusses qui étaient responsables de l’aggravation de la crise à la frontière polono-biélorusse, a déclaré jeudi aux journalistes le représentant officiel du gouvernement allemand Steffen Seibert.

« Au cours d’une conversation téléphonique, la chancelière par intérim [de l’Allemagne] et le président russe ont échangé leurs points de vue sur la situation actuelle à la frontière polono-biélorusse. Mme Merkel a souligné que la raison de la crise était le régime biélorusse, qui utilisent des personnes sans protection dans une attaque hybride contre l’UE », a précisé M. Seibert.

C’est la deuxième conversation téléphonique entre Poutine et Merkel en deux jours. Jeudi, le service de presse du Kremlin avait rapporté qu’au cours des entretiens, l’importance d’un règlement rapide de la crise migratoire survenue aux frontières de la Biélorussie avec les pays de l’UE avait été confirmée. Le Kremlin a également souligné que le dirigeant russe s’était prononcé en faveur du rétablissement des contacts entre les États européens et la Biélorussie en vue de résoudre ce problème.

Pour rappel, la crise migratoire à la frontière de la Biélorussie avec la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, où des migrants sans-papiers sont entrés depuis le début de l’année, s’est aggravée le 8 novembre. Plusieurs milliers de personnes se sont approchées du côté biélorusse de la frontière polonaise et ne quittent pas la zone frontalière, certains d’entre eux ont tenté d’entrer en Pologne en cassant la barrière de fil barbelé. Les pays de l’UE accusent Minsk d’une escalade délibérée de la crise et appellent à imposer des sanctions. Le président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko a déclaré que dans cette situation les pays occidentaux eux-mêmes étaient à blâmer, à cause des actions qui poussent les gens à fuir la guerre. Le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a qualifié de mensonge les accusations occidentales selon lesquelles la crise à la frontière entre la Biélorussie et l’UE est une « opération hybride » du dirigeant biélorusse.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *