La sécurité alimentaire au centre des préoccupations

Une plate-forme sous-régionale des organisations paysannes réfléchit actuellement sur la question à Mfou. Malgré un potentiel agricole énorme et des efforts gouvernementaux et privés de plus en plus importants, le continent africain n??échappe pas à une crise alimentaire certaine, dont les conséquences se font déjà ressentir sur le plan social. Cette crise démontre que les politiques, stratégies et actions menées jusqu??ici ont favorisé des déséquilibres dont les plus importants sont, entre autres, l??insuffisance des capacités des producteurs et de leurs organisations et le manque de compétitivité des produits

locaux face aux produits importés. Il faut reconnaître que l??économie agricole des pays de l??Afrique Centrale n??est pas encore prête à s??arrimer aux politiques de libéralisation de l??économie telles que prônée par l??OMC, et les APE et à faire face au dumping pratiquée par les pays développés. Et pour faire face à cette situation, il est nécessaire que les acteurs de cette économie se prononcent sur la question, et par extension, sur celle de la souveraineté alimentaire en Afrique Centrale. C??est dans cette perspective que la Plate-forme sous-régionale des Organisations Paysannes d??Afrique Centrale (PROBAC) organise depuis mardi dernier à Mfou, un atelier sous-régional des organisations Paysannes sur «les politiques et les stratégies sur la sécurité et la souveraineté alimentaire en Afrique centrale». L??objectif de ce dernier est de formuler des propositions des organisations paysannes sur la sécurité et la souveraineté alimentaire en Afrique centrale, avec l??appui de More and Better Campaign. Ainsi, durant trois jours, les participants échangeront sur la perception que les paysans ont de la crise alimentaire actuelle, et des mesures qui sont engagées contre cette dernière.Emmanuel ETOUKE EBOUELE, CT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *