Kiev et Moscou ne s’entendront pas sur la Crimée et le Donbass (parlementaire ukrainien)

La Guerre Ukraine Russie

L’Ukraine et la Russie peuvent, dans le cadre de négociations de paix, arriver à un compromis sur presque toutes les questions, excepté le statut de la Crimée et des Républiques du Donbass, a déclaré ce dimanche David Arakhamia, chef du groupe parlementaire du parti Serviteur du peuple (au pouvoir) et membre de la délégation ukrainienne aux négociations avec la Russie, dans une interview à la chaîne Fox News.

Interrogé sur les perspectives d’un progrès aux négociations, il a souligné que ces dernières avançaient lentement, mais qu’un « certain progrès avait été enregistré« . « Les seuls points sur lesquels il est pratiquement impossible de s’entendre sont la Crimée et les soi-disant Républiques que nous devons, sur insistance de la Russie, reconnaître comme indépendantes. C’est inacceptable » pour l’Ukraine, a-t-il affirmé.

Alexeï Polichtchouk, directeur du Deuxième département de la CEI au ministère russe des Affaires étrangères, a précédemment indiqué que l’appartenance de la Crimée à la Russie était un axiome et non une condition aux négociations avec la délégation ukrainienne.

Le premier volet des négociations russo-ukrainiennes s’est tenu le 28 février dans la région de Gomel, en Biélorussie. La délégation russe y était dirigée par le conseiller du président, Vladimir Medinski. Le deuxième volet a eu lieu le 3 mars dans la forêt de Belovej. Vladimir Medinski a qualifié de progrès significatifs les accords intervenus avec la délégation ukrainienne. Moscou et Kiev ont notamment réussi à s’entendre sur l’organisation de couloirs humanitaires pour les civils.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *