Société

Jean Blaise GWET: Message de Condoléance au Président Paul BIYA, suite au décès de Martinez Zogo

Excellence Monsieur le Président de la République,

J’ai appris avec grande consternation, l’assassinat d’un de vos enfants. Un jeune et brillant journaliste Martinez Zogo, qui n’avait pour seule arme que son stylo pour dire sa vérité, pour vous éclairer, pour éclairer notre Chef de Gouvernement, pour éclairer et prendre à témoin le peuple camerounais sur les faits et méfaits de notre société.   

Monsieur le Président de la République, notre pays va très mal. Il va vraiment très mal. 

Il y a encore quelques semaines de cela, en fin d’année dernière, nous avons vu à Douala, un phénomène des « Microbes » : de jeunes enfants armés de machettes, assassinant et découpant des petits bambins, au mépris de la vie et de la dignité humaine, tout ceci, en plein centre-ville, dans notre capital économique, Douala. 

Lire aussi
Répression des libertés fondamentales : l’ONG Mandela Center International dénonce l’arrestation 600 personnes

Excellence, Monsieur le Président de la République, notre pays va très mal. Il va vraiment très mal. Sous vos yeux, cette belle nation que vous avez tant aimée, servie et protégée, est en train de se déchirer devant vous. Il est encore temps de faire quelque chose Monsieur le Président de la République. Nous sommes là, debout, prêts, et nous ne souhaitons que vous aider, à servir la Nation. 

Donnez-nous cette occasion et une chance de vous aider, Monsieur le Président de la République, nous devons impérativement et rapidement ramener la paix, la cohésion sociale, la confiance et l’espoir, au sein de nos familles, au sein de notre Nation, et au sein du concert des Nations. 

Lire aussi
Affaire Sms sur un recrutement de Boko Haram : Les trois lycéens libres après cinq ans de prison

Excellence, Monsieur le Président de la République, tout en vous souhaitant à vous, toutes mes condoléances, parce qu’il s’agit aussi de votre enfant, de votre fils. Oui, Martinez Zogo, était aussi votre enfant. Permettez-moi, Monsieur le Président, de présenter mes condoléances les plus attristées à cette  belle, grande et talentueuse famille journaliste camerounaise et, surtout, à toute sa famille biologique. 

Dans l’attente de la lumière sur ce crime macabre, Excellence Monsieur le Président de la République, que justice soit faite,  les auteurs et les commanditaires punis.

Que Dieu aide notre Nation, protège chacun de nos enfants et bénisse notre peuple.

Jean Blaise GWET
[email protected] 
https://mpcc.be/ 

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page