Actualité

Insécurité: Le proviseur du lycée bilingue d’Ebone agressé chez lui et sa fille violée

Les collègues du Lycée Bilingue d’EBONE sont actuellement en grève, avec arrêt des classes immédiat.

Et pour cause ?

Mister TAMBE Adolphe CHE, proviseur du lycée bilingue d’Ebone, a été victime d’une agression à domicile cette nuit.

Il a été bastonné par ses agresseurs qui, dans leur folie, ont essayé de l’égorger vivant. Heureusement que la machette utilisée par eux était vraisemblablement peu tranchante. Toutefois, le proviseur a reçu une blessure bien profonde dans le cou.

Mais il y a pire que cela: les agresseurs ont violé la fille du proviseur devant lui. La fille (17 ans) et le père se trouvent actuellement internés aux urgences de l’hôpital régional de Nkongsamba. Selon la source sur place, le proviseur a rapidement été réanimé, mais le cas de sa fille reste fort préoccupant.

ORIGINES DE LA FOLIE MEURTRIÈRE

Selon la source, tout serait parti d’un discours tenu par le proviseur lors du rassemblement d’hier. Le discours fustigeait la violence au sein de l’établissement, notamment de la part des élèves exclus, qui envahissent le lycée et procèdent aux agressions de leurs ex-camarades. Le proviseur sensibilisant ses élèves, a appelé ceux-ci ainsi que le staff administratif à plus de vigilance.

D’après les premiers recoupements, tout porte à croire que ce sont les élèves garnements ciblés par le discours du proviseur qui auraient fait irruption en son domicile.

Lire aussi
Cameroun -France: Qu'est ce qui se cache derrière l'intervention de Macron...

En effet, d’après des témoignages, les agresseurs du proviseurs, qui ont opéré à visage découvert, lui auraient clairement déclaré qu’ils étaient là pour lui régler son compte, car il s’est attaqué à eux dans son discours hier lors du rassemblement. Et ceux-ci auraient également laissé un message de menaces au proviseur, message signé par un certain <PICHOU>.

Une enquête a été ouverte.

PETITS BANDITS RÉCIDIVISTES…

Selon la source, Ebone est un village très instable, notamment à cause des petits bandits du coin. Les enseignants s’y sentent très peu en sécurité. Quant aux autorités administratives, très peu d’actes satisfaisants sont posés dans le cadre de la sécurisation des personnes et des biens.

En tout cas, le personnel du Lycée Bilingue d’Ebone crie le ras-le-bol. Et pourtant, insiste la source sur place, << Ebone est le village de l’actuel MINREX, de l’actuel directeur de la MAGZI, et de l’ancien MINEDUC Robert Bella Mbappe. Mais nous ne comprenons pas pourquoi il y a tant d’insécurité ici. Et même, quand un délinquant te fait quelque chose et que tu le fais garder à vue, il ressort quelques heures après parce qu’il est « l’enfant du village »>>.

Lire aussi
Cinéma : Un film camerounais au festival de cannes 2020

ZÉRO CLASSE

Le personnel du lycée bilingue estime que ceci est un mépris énorme pour l’Enseignant, qu’un proviseur ne soit pas gardé, qu’il soit humilié par une telle bastonnade, et que sa fille soit violée devant lui…par des individus qui passent pour des élèves!

Zéro classe donc depuis ce matin. Le délégué départemental du Minesec pour le Moungo a essayé de calmer les troupes, leur demandant de rentrer à l’école en attendant que les enquêtes aboutissent…

<NYET>, lui ont répondu les enseignants, qui ont tous convergé vers l’hôpital régional de Nkongsamba. Le délégué départemental a dû rebrousser chemin.

La source sur place signale que le personnel du Lybil d’Ebone prie Madame la MINESEC d’effectuer une descente sur le terrain, afin qu’elle puisse s’enquérir de leurs préoccupations.

NB: M. Tambe Adolphe Che est arrivé à Ebone en septembre 2019, venant du lycée bilingue de Mabanda-Kumba.

Affaire à suivre.

Jack Bessala

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer