Hôpital Laquintinie : Le personnel d'appui?reprend du service

La grève a été suspendue samedi après un délai de deux semaines demandé par le Minsanté?pour étudier les revendications des grévistes.Le travail a normalement repris samedi 3 décembre 2011 à l??hôpital Laquintinie à Douala, après une grève de deux jours observée jeudi 1er décembre dernier par le personnel d??appui (personnel d??entretien, personnel administratif, croque-morts, brancardiers, etc.) de cette formation hospitalière de la capitale économique. «Nous avons envoyé un de nos collègues à l??hôpital informer ceux qui n??ont pas pu effectuer le déplacement pour Yaoundé que la grève est suspendue, et qu??ils doivent reprendre le travail», explique sous anonymat un membre du collectif

du personnel administratif de l??hôpital Laquintinie de Douala. Sur les raisons de la suspension de cette grève qui n??aura duré que 48h, l??on apprend de notre source que «le ministre de la Santé publique (André Mama Fouda) nous a demandé un délai de deux semaines, le temps d??étudier notre cas. Car, il a été surpris que nous ne soyons pas encore contractualisés, comme prescrit par le président de la République».En effet, ces 168 agents d??appui attendent toujours leur contractualisation, suite à la décision prise l??année dernière par le chef d??Etat Paul Biya instruisant le Premier ministre de contractualiser le personnel de la santé. Or, depuis l??année dernière, seul le personnel médico-sanitaire a jusqu??ici été intégré. Le personnel d??appui, dont la principale revendication est la contractualisation, crie quant à lui à la «discrimination». Ces derniers ont par ailleurs observé plusieurs débrayages pour attirer l??attention des pouvoirs publics. En vain. C??est donc pour exprimer leur ras-le-bol qu??ils ont déserté les bureaux jeudi dernier. Toutefois, le service minimum était assuré. Selon les grévistes, l??action menée jeudi dernier n??avait pas pour but de paralyser l??hôpital. «Nous n??avons aucun problème avec le directeur de notre hôpital. Le problème n??est plus à son niveau», précise sous réserve, l??un des grévistes. Lesquels se disent décidés à aller jusqu??au bout de leur revendication s??ils n??obtiennent pas gain de cause. Pour le moment, tous attendent la décision qui sera prise par le ministre de la Santé publique (Minsanté) sur leur sort.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *