Politique

Foumban : le Maire bloque une cérémonie, pour non-respect des règles protocolaires

Ce jour même, lors de l’installation du nouveau préfet du département du Noun à Foumban, il y a eu de l’étincelle dans l’air la place de fête, où se déroulait la cérémonie d’installation.

Il a suffi de peu pour que l’évènement dégénère en bataille rangée entre les partisans et militants de l’UDC, et ceux du RDPC, soutenu par les autorités administratives. Comment ne pas être estomaqué par de telles dérives surtout lorsqu’elles sont perpétrées par des institutionnels.

Pour en venir aux faits, Mme le Maire Patricia Tomainou Ndam Njoya, s’étant rendu compte que son nom ne figure pas sur liste des personnalités devant prendre la parole au cours de cette installation, a illico presto et sans aucune forme de procès, interrompu ladite cérémonie, pour demander que l’ordre protocolaire soit respecté. Toute chose qui a provoqué un remue-ménage très inquiétant à la place de fête de Foumban. Pourtant c’est un secret de Polichinelle, de dire que le maire, encore appelé 1er Magistrat de la ville prend toujours la parole lors des grands événements ne serait-ce que pour souhaiter la bienvenue aux convives.

Lire aussi
Cameroun: Le bureau du SENAT en conclave

Mais à Foumban, ils ont réussi à bousculer sans le moindre scrupule, une pratique, une tradition séculaire, tout simplement parce que le Maire est de l’opposition, et pour faire plaisir au Sultan Ibrahim Mbombo Njoya Roi des bamouns et patron du RDPC dans la Région de l’Ouest. Malheureusement ils ont trouvé devant eux une dame de poigne, qui n’est pas prête à céder la moindre parcelle de son pouvoir à qui que ce soit. S’il y a quelqu’un qui doit être fier aujourd’hui, c’est certainement son défunt mari, le très regretté Dr Adamoun Ndam Njoya, dans sa tombe.

Heureusement, tout est bien qui finit bien ! En fin de compte, les uns et les autres ont compris qu’il fallait respecter les usages protocolaires, même si en face de soi on a un adversaire ou ennemi politique. Foumban n’est par une principauté dans la République, qui jouirait d’un quelconque « statut spécial ». C’est ainsi que, toute honte bue, ils ont inséré le nom du Maire dans le programme, et les choses sont revenues dans l’ordre.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page