Politique

Foumban : la République ou la monarchie ?

« Déchirure consommée au sein de la grande famille Njoya à Foumban. La femme de Ndam Njoya veut remettre le Sultan Njoya à sa place. » a-t-on pu lire à travers une note qui tant soi peu essaye de banaliser le bras de fer observé entre le maire de la ville et le Chef traditionnel des Bamouns, au sujet des travaux de réfection de la porte d’entrée de la ville de Foumban, ravagée par les flammes dans la nuit de 29 novembre 2020.

À moins de vouloir faire de la digression, les auteurs d’une telle incuries savent pertinemment que, dans le différend opposant le Sultan au Président de l’UDC, qui au demeurant ne date pas d’aujourd’hui, relève d’une question de principe républicaine, que de toute autre considération d’ordre familiale. Le maire qui entre autres est le premier magistrat de la ville, jouit des prérogatives que les uns et les autres se doivent de respecter par-delà leur notoriété et leur accointance avec la classe dirigeante.

Dans les faits, il se trouve qu’après le feu qui a réduit en cendre la porte d’entrée de la ville, le Roi a lancé des travaux de réfection. Mais imbu de son pouvoir et se croyant au-dessus de la République, ce dernier n’a pas cru devoir informer, ou demander l’autorisation de la mairie de Foumban. Comme il fallait s’y attendre le Maire de la ville, Patricia Ndam Njoya, qui par ailleurs jouit de l’estime de la population, dans son bon droit, est descendu sur le terrain accompagné d’une foule en liesse, le 2 décembre dernier pour bloquer les travaux.

Lire aussi
Cameroun: Cavaye fait le procès des partis politiques à l'Assemblée nationale

Le procureur de la République appelé à la rescousse, qui malheureusement a pris fait et cause pour le monarque, aura maille à partir avec la dame de fer de Foumban. Les propos de celle-ci sont libres de tout commentaire : « …Si on arrête pas ces travaux, je ne pars pas d’ici. Je vais dormir ici. Je suis quand même le maire de la ville. Demandez à ses personnes qui leur ont demandé de construire ça, s’ils ont une autorisation de la mairie. Même si c’est pour eux, ce bâtiment est un bâtiment public…. Je ne veux pas de problème, mais j’en ai assez que mon autorité soit bafouée. Je suis maire de la ville ou je ne suis pas le maire ? vous êtes procureur pour me protéger ou vous ne l’êtes pas ? ces éléments de force de l’ordre protègent la monarchie comme j’ai vu aujourd’hui, ou ils protègent la République ? »

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page