Fédération camerounaise de lutte: six athlètes activement recherchés

Arnaud Essindi, Jules Kamdem Jules et autres ont pris part aux Jeux du Commonwealth, en Écosse en 2014.Six athlètes camerounais ayant pris part aux jeux du Commonwealth, en juin 2014, sont toujours activement recherchés par les autorités de leur pays. Arnaud Boris Essindi, Jules Kamdem, Roméo Djoumessi, Ngono Ambassa, Angèle Tomo et Christelle Lomofack faisaient partie de la délégation des lutteurs camerounais sélectionnés pour les Jeux du Commonwealth, en Écosse. La Fédération camerounaise de lutte (Fecalutte), qui est sans nouvelles de ces jeunes compatriotes jusqu’à ce jour, ne fait aucun commentaire sur les raisons les ayant poussé à déserter la délégation.
De sources concordantes, le sempiternel problème de primes au sein des sélections nationales serait à l’origine du différend. Non contents d’avoir été sevrés de leurs jetons de présence à l’issue de la compétition, Arnaud Essindi et ses cinq compagnons avaient décidé de quitter simplement la délégation, face aux menaces et autres accusations portés contre eux par les officiels camerounais. Ils étaient notamment accusés de manquer de patriotisme et d’avoir terni l’image du pays par leurs revendications jugées intempestives, mais pourtant légitimes. Craignant des sanctions et autres représailles à leur retour au pays, ils quitteront nuitamment leurs chambres d’hôtel pour se fondre dans la ville de Glasgow. Depuis lors, leur fédération affirme être sans nouvelles d’eux.
Le cas d’Arnaud Essindi et de ses autres compagnons d’infortune, qui n’est pas isolé, met en lumière l’éternel problème du paiement des primes aux athlètes par les différentes fédérations sportives camerounaises. Que ce soit pour la Fécafoot version masculine et féminine, la Fécacyclisme, la Fécaboxe et autres, cette rétribution, pourtant prévue par les textes règlementaires, reste un serpent de mer. Très souvent, la seule bouée de sauvetage, pour ces jeunes gens en quête de mieux être et d’excellence sportive, reste le départ à l’étranger où ils espèrent être mieux rémunérés.
Rappelons qu’en 2013, aux Jeux de la Francophonie à Nice, en France, deux lutteurs camerounais, Elvis Founke et Eric Obougou avaient fait faux bon à la délégation camerounaise dans les mêmes circonstances. Ils courent toujours à ce jour. Vivement que soit trouvée une solution définitive à ce récurrent problème de primes au Cameroun, afin que des désertions comme celle d’Arnaud Essindi et de ses camarades soient évitées.

Nadine Bella

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *