Sport

FECAFOOT/LFPC : Seydou Mbombo Njoya et ses maîtres défient Paul Biya

Les assises diligentées par le SG de la primature pour la relance du championnat de football professionnel édition 2020 – 2021 a abouti à des résolutions qui malheureusement n’a pas trouvé l’assentiment de la FECAFOOT. 

Contre toute attente, le Président de la fédération a demandé qu’on lui accorde un délai de 24h par rapport à la signature du document final. Hélas, force est de constater que jusqu’à samedi soir, date butoir de ce délai, la réaction du prince des Bamouns est toujours attendue.

Mais ce qui est sûr, les Service du Premier Ministre ont transmis au Président de la République le compte rendu des échanges et l’issu à laquelle ils sont parvenus, bien que les acteurs notamment la délégation de la FECAFOOT aient refusé d’apposer leurs signatures d’approbation du consensus. Toute chose qu’il faut déplorer, d’autant plus que le Cameroun pays organisateur du CHAN, accuse un retard criard qu’il faut rattraper au plus vite, afin que les joueurs locaux, soient en jambe avant cette échéance qui débute dans quelques mois seulement.

Lire aussi
Fecafoot-Lfpc: La Ligue réhabilitée par le TAS

Le comble de la forfaiture est que l’instruction du Président de la République qui semble-t-il est la voix la plus absolue de tout recours, donnait 48h au protagonistes du football camerounais pour trouver un consensus dans l’optique de la reprise imminente du championnat professionnel Elite One. Ne serait-ce que pour cette raison, les uns et les autres auraient dû mettre de côté leurs guéguerres, afin que le football camerounais soit sauvé. Malheureusement la guerre des lobbies semble avoir pris le dessus sur l’intérêt supérieur de la nation.

Dès lors, on espère que la décision qui viendra du palais de l’unité sera à la mesure de la défiance que lui oppose les membres de la Fédération camerounaise de Football, qui manifestement s’est érigée en un État dans un État. Quoi qu’il en soit, on ne perd rien à attendre. Le camerounais dans leur immense majorité souhaitent qu’un terme soit mis à cette mascarade pour qu’enfin le football quitte définitivement les bureaux et les prétoires pour les stades.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page