Economie

Faillite de la Bcd, Fonader, Fogape et Cac: Titus EDZOA, Achidi ACHU et Remy ZE MEKA doivent un demi-milliard de Fcfa au Cameroun

Des structures comme le Fonds National de Développement Rural (Fonader), le Fonds de garantie pour la petite entreprise (Fogape), la Banque Camerounaise de Développement (BCD) ou encore le Crédit Agricole du Cameroun (CAC) avaient entre autres missions, de concourir au financement des activités agropastorales, mais elles ont toutes fait faillite il y a quelques années.
Les raisons évoquées pour la plupart, une gestion calamiteuse.
Les faillites des établissements bancaires ou financiers spécialisés dans le financement de la PME au Cameroun se sont multipliées ces dernières années. Parmi les causes de ces banqueroutes figurent le non-remboursement des crédits par des personnes physiques ou morales. Ce non-remboursement a été expliqué par diverses raisons, notamment : la mauvaise foi de nombreux clients dont certains étaient déclarés morts ; l’octroi de crédits hors des critères requis à travers des parrainages politiques ou autres ; les fausses garanties ; les détournements de fonds ; la complaisance, l’incompétence ou la complicité de certains responsables d’institutions financières publiques ou privées.A la manœuvre de cette gabegie financière, certains barons du régime.

De la BCD au Fonader
Le Cameroun n’est pas à sa première expérience dans le financement du secteur de la petite et moyenne entreprise (PME). Dès l’indépendance, l’une des premières actions du nouveau gouvernement camerounais fut la création de la banque camerounaise de développement (BCD) dont laprincipale mission était d’assurer la distribution du crédit en milieu rural pour en stimuler le développement. Plus tard, la BCD est remplacée par les sociétés mutuelles de développement rural (Somuder) qui étaient des structures beaucoup plus rapprochées des populations rurales et dont les actions devaient mieux satisfaire leurs besoins. Malheureusement, malgré tous les efforts déployés par le gouvernement de l’époque, les résultats à l’instar de ceux de la BCD, sont restés très en dessous des prévisions. Le développement rural attendu n’a pas été obtenu. Ce second échec a poussé le gouvernement à créer le Fond national de développement rural (Fonader).
Le Fonader avait pour missions : le stockage et la distribution des intrants agricoles subventionnés ; la promotion et la distribution du crédit agricole ; le financement et le suivi de certains projets de développement.Son activité de crédit s’effectuait soit de façon directe aux individus, aux groupes d’agriculteurs (crédit GAM) afin de réduire les coûts de transaction et faciliter le recouvrement ;soit sous forme de crédits d’investissements aux coopératives et aux adhérents des coopératives(crédit adhérents) qui permettaient de refinancer les crédits mis à la disposition des coopératives afin de leur permettre d’atteindre les petits agriculteurs ;soit encore aux sociétés de développement avec ou sans activité de commercialisation. Son directeur général, M. Issa Adoum sera l’un des acteurs majeurs du putsch de 1984. La banque sera donc vouée à l’échec comme celui que connaîtra son DG en voulant prendre le pouvoir par les armes. Les fonds mis à la disposition des prétendus agriculteurs n’a pas été remboursé (voir fig1). Situation qui a paralysé l’institution entraînant ainsi sa mort en 1987.

FOGAPE
Pendant que le Fonader est en pleine agonie, la transition politique survient au sommet de l’Etat. M. Paul Biya hérite du pouvoir. Nous sommes en 1982. Deux ans plus tard, le président Biya met sur pied par décret n° 84/510 du 13 juin 1984 le Fonds d’aide et de garantie aux petites et moyennes entreprises (Fogape) dont la mission consistait à apporter un concours financier et technique aux petites et moyennes entreprises nationales. Il pouvait répondre à toutes les demandes de crédits à court, moyen et long terme nécessaires à la création et au développement des Pme. Le promoteur devait apporter au minimum 20% des besoins. La garantie du Fogape ne pouvait excéder 80% de la valeur du prêt consenti par la banque ou l’établissement financier. L’administrateur provisoire du Fogape, M. Ndjiki Epara ne fera pas montre d’autorité et de rigueur dans la gestion. L’institution tombera en faillite pour les mêmes causes que les précédentes. Une cinquantaine de promoteurs de projets (voir liste ci-dessous) ayant bénéficié des concours financiers du Fonds d’aide et de garantie aux Petites et moyennes entreprises (Fogape) n’ont toujours pas remboursé leur dette. Situation qui entraînera finalement la chute du Fogape en 1988.

Liste des 46 promoteurs de projets débiteurs du FOGAPE
1-Mongbert Eric
2-Minsili Louise
3-Elobo Ndjomo Bruno
4-Meka Pierre
5-Ngomba Efouton Jean Paul
6-Nsangou née Lamaro
7-Hatiye Rabih Jean Salim
8-Lewat
9-Mme Owona
10-Kengne
11-Youssoufa
12-Mme Ndongo Diye née Kondo Jacqueline
13-Njoya Nsangou Mama
14-Ousmanou
15-Ebelle Dikor
16-Kuissi Martin
17-Sigho Jean
18-Ousmanou Abba
19-Kamani Jules
20-Ngundam Donald
21-Yaya Garga
22-Omgban Juliette
23-Sidiki Youssoufa
24-Nkoeawe Jean Gérard
25-Sali Baka
26-Mbami Jeanne
27-Issa Abdoulaye
28-Mfee Mefire Francis
29-Ko’o Michel
30-Tiepma Jean
31-Moluh Pierre
32-Assa Georges
33-Woaundjo Pierre
34-Fochive Ngapna Zacharie
35-Ndongo Seh née Assama Marguerite
36-Mamadou Moustapha
37-Sali Yarro
38-Aboubakar Diallo
39-Hamadou Abo
40-Mohamadou Hali
41-Assongwed
42-Nchare Abdou
43-Nji Salifou
44-Mme Massobe
45-Njoya Salifou
46-Mefire Salifou

Arriva le CAC…
Le Fonds d’aide et de garantie aux Petites et moyennes entreprises (Fogape)faisant face à un taux important d’impayés va être confronté au processus de restructuration des années 1989/1992 qui entrainera donc sa liquidation et son remplacement par le crédit agricole du Cameroun(CAC). Le CAC est annoncé comme étant une «copie corrigée du Fonader ». Les camerounais fondent donc tous les espoirs sur la «banque du paysan ». Le pays est cependant touché par une grave crise économique. Comme la quasi-totalité des entreprises, le CAC sera privatisé et placé sous l’administration de la DEG, une société Allemande d’investissement pour la coopération. L’entreprise sera donc dirigée tour à tour par les Allemands. C’est sous l’administration du nommé Hubert Rauch que le bateau va s’écrouler. Ce dernier sera coupable d’incompétence et de mauvaise gestion. Il sera notamment influencé par certains «fils » du régime qui vont lui faire des promesses pour le maintenir de son poste de DG et en contrepartie leur octroyé des crédits au détriment des agriculteurs. Pendant que l’enveloppe des crédits connaît une courbe haussière d’année en année, aucun recouvrement n’est enregistré. Le pactole est entre les mains de quelques «fils du régime » et de leurs proches. Véritable gabegie. Les actionnaires (entreprises publiques et parapubliques) du CAC ne peuvent plus entré en possession de leur dû à défaut de le voir gonflé. Situation qui va contribuer à la paralysie de l’administration. Du côté des agriculteurs ou porteurs de projets, l’on ne sait à quel saint se vouer. Le pronostic vital du CAC est engagé. Finalement, le Crédit agricole va disparaître en 1996.

Liste de quelques barons du régime débiteurs du CAC
ACHIDI ACHU : 134.797.771
REMY ZE MEKA : 124.000.000
FOCHIVE : 100.000.000
J. TSANGA ABANDA : 40.000.000
TITUS EDZOA : 150.000.000
MBANI M. JEANNETTE : 327.623.031
M. ASAM BONAVENTURE : 60.000.000
AUTRES: …

Benjamin Ombé

Commenter avec facebook

Afficher plus

Un commentaire

  1. Thanks for your information.
    If somebody is planning to come to Mekong Delta in Vietnam and need suggestions, questions.
    Don’t hesitate to choose North Vietnam tour packages to get involved
    yourself in such an ultimate discovery of lifestyle and culture.
    We will show you how to enjoy your holiday in the new « diamond of Asia ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer