Escroquée par un pseudo voyant

Irène G. s??est fait subtiliser 370 000 F par George K, qui prétendait pouvoir conjurer le mauvais sort.
Irène G, élève en terminale, revenait de ses cours de répétition quand, au carrefour Tsinga, elle croise George K qui l??interpelle en lui demandant des renseignements sur une clinique dans le coin. Irène ne sait rien de la clinique dont parle le jeune homme mais veut rendre service. Aussi, elle entreprend de se renseigner auprès d??une autre personne qui a l??air de déambuler nonchalamment de l??autre côté de la route (cette dernière se révèlera finalement être complice de George K). « Il a dit qu??il était étranger, et

son accent ne semblait en effet pas être du Cameroun », déclare Irène G. Le nouveau protagoniste donne le renseignement voulu à George, qui pour marquer sa reconnaissance à Irène lui fait des révélations sur sa vie. George K prétend en effet être doué de dons de voyance. Pour le prouver, il révèle à Irène ses multiples échecs au Probatoire, ce qui est exact. Par ailleurs, il prédit à Irène des échecs encore plus retentissants au baccalauréat et lui fait des révélations sur son intimité. « Il a dit que j??avais une boule de crystal dans le ventre », confie Irène. Selon George K, cette boule pourrait compromettre la fécondité de la jeune fille.

Cependant, pour rassurer la jeune fille, le faux voyant prétend pouvoir conjurer tous ces mauvais sorts, moyennant une modique somme. « Comme c??est moi qui garde l??argent de mon père, je suis allée le chercher à la maison. Nous avons convenu de nous retrouver au palais des Congrès vers 16h », affirme la jeune fille. Irène G ressort en catimini avec 370 000 F et rejoint le présumé voyant et son complice au lieu prévu. Sur place, elle leur remet l??argent ainsi que son téléphone portable. Et son porte-monnaie contenant ses bijoux. George K et son complice lui demandent alors de leur tourner le dos et de se concentrer pour prier. La jeune fille se concentre tant et si bien qu??à son réveil, les deux complices ont disparu. « J??ai alors été prise de panique, et j??ai commencé à pleurer et à crier. Qu??est-ce que j??allais dire à mon père ? », se lamente Irène G. Fort heureusement, deux militaires en civil qui passent par là voient la détresse de la jeune fille, et entreprennent alors de l??aider à retrouver les deux escrocs. C??est ainsi qu??ils font la tournée des bars du quartier Tsinga, avant de finalement trouver George K, au lieu dit « Foire ». George est interpellé et conduit au commissariat du 8e arrondissement.

Cependant, George K conteste cette version des faits et estime être victime d??une confusion de la part de la jeune fille, qu??il nie avoir déjà vu. Chaudronnier du côté de Douala, il affirme être à Yaoundé pour se faire un peu d??argent avant de rentrer. Il déclare qu??il se trouvait du côté de la foire pour éponger une dette contractée dans un bar. Du côté du père d??Irène G qui a été délesté de la somme de 370 000 F, c??est la détresse. L??affaire qui a été portée devant les tribunaux de la ville de Yaoundé a été mise en délibéré pour le 6 mars.

Steve LIBAM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *