Déménagement : Une intégration dans les nouveaux locaux

Le bimensuel des communautés étrangères au Cameroun a aménagé depuis un mois au quartier Nkomkana à Yaoundé.Quartier Nkomkana à Yaoundé. Au 3ème étage de l??immeuble Diane en face de la station Total, une feuille est collée sur une porte. Sur celle-ci, l??on peut lire Groupe Globcom (Global Communication Sarl)?? C??est en fait dans ces locaux que sont installés depuis le 15 janvier 2010, les nouveaux bureaux du bimensuel «Intégration». Ce après un séjour d??un an et demi passé au quartier hippodrome à Yaoundé. A l??intérieur de ce lieu, une porte à moitié vitrée est entrouverte. C??est

la salle de rédaction. Au milieu de cette pièce à l??extrémité de laquelle est installée un oriflamme, on trouve une table et quatre chaises. Dans un coin, quelques postes de travail notamment des Personal Computer (trois au total), pour les reporters. Plus loin, un autre poste de travail est isolé.C??est celui réservé provisoirement à la chargée des relations publiques. Ici, pas l??ombre d??un seul reporter. Situation plutôt normale car «après la parution d??une édition, la présence des journalistes en salle de rédaction, n??est pas obligatoire», sommes-nous informés.Les nouveaux locaux qui abritent, le bimensuel de douze pages est un quatre pièces, dont une salle de rédaction, un secrétariat comptable, et une autre pour l??agence de publicité et d??exploitation. Cette dernière est d??ailleurs la nouveauté de la jeune boîte. A ce sujet Thierry Ndong, le directeur général du Groupe Globcom explique : «Nous avons décidé que cette année soit celle du lancement de l??agence de publicité».De temps en temps, dans ce bâtiment encore en chantier, raisonnent, dans le mur, les bruits d??une perceuse ou d??un marteau. Une lenteur dans les travaux qui est d??après le responsable, la cause de l??occupation tardive des locaux. Car c??est en fait en décembre dernier que les nouveaux résidents avaient prévus investir l??immeuble Diane.Lorsqu??on s??interroge sur les raisons de ce déplacement, Thierry Ndong soutient qu??aussi bien l??accessibilité et l??étroitesse des locaux à la Lékié, ont fortement influencé cette décision. En ce qui concerne son groupe, Thierry Ndong précise que «notre entreprise a un plan de développement. Il y a des choses à faire. Lorsqu??on lançait, l??entreprise en 2008, on faisait un encart dans l??hebdomadaire Repères, nous étions trois». Aujourd??hui, le journal «Intégration» est devenu autonome et fait partie d??un jeune groupe de communication «Globcom». Mais pour le patron des lieux, il est question d??avancer à petits pas : «On ne fait pas des choses si on n??est pas sûr qu??il y aura des retombées. Surtout que c??est difficile de s??en sortir car les banques ne payent pas. On ne prend pas de risques véritables». C??est donc dans le plan de développement de l??entreprise qu??est même envisagé durant l??année, le renouvellement du mobilier.Josephine Abiala, Mutations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *