Afrique

Déstabilisation de la RCA : fin de cavale pour François Bozizé

Le rebelle François Bozizé a été arrêté ce jour. C’est ce qu’on apprend d’une source sécuritaire en République du Tchad.

Le chef rebelle, patron du mouvement abusivement appelé « coalition des Patriotes pour le Changement» (CPC) a été arrêté à Bekolinda en territoire tchadien. Les autorités frontalières ont mis la main sur le fugitif en compagnie de plusieurs membres de sa famille.

En début d’année, le procureur de Bangui, la capitale centrafricaine, avait ouvert une enquête contre l’ex-président pour « rébellion », accusé par le pouvoir de mener une « tentative de coup d’Etat » à l’occasion de l’élection présidentielle du 27 décembre dernier. Sa candidature à la présidentielle avait été invalidée le 3 décembre par la Cour constitutionnelle, au motif notamment qu’il était sous le coup de sanctions de l’ONU pour soutien présumé à des groupes accusés de crimes de guerre et crimes contre l’humanité de 2013 à 2015, au plus fort d’une guerre civile toujours en cours aujourd’hui.

Lire aussi
Can U-20 : Les Lionceaux du Cameroun éliminés, le Ghana file en demi-finales

Francois Bozizé était rentré en Centrafrique une dizaine de mois avant les élections présidentielle et législatives du 27 décembre, malgré des poursuites pour « assassinats » et « tortures » sous ses dix années à la tête du pays (2003-2013). Le leader du KWA NA KWA (KNK) avait rejeté le verdict de la cour constitutionnelle, promettant au mieux d’empêcher la tenue des élections. Plus tard, il s’engagera aux côtés de plusieurs groupes armés (ex-Séléka et anti-balaka) dans une vaste opération de coup d’état contre le Président Faustin Archange Touadera. Une opération qui a rendu quasi-ingouvernable le pays depuis le début du processus électoral. Accusé par le gouvernement du président Faustin Archange Touadéra de « tentative de coup d’Etat » à la tête d’une coalition de rebelles qui venaient d’annoncer vouloir s’emparer « de tout le territoire », François Bozizé s’est réfugié depuis lors dans l’arrière pays, préparant ses troupes aux attaques éclaires, jusqu’à son arrestation ce jour par les autorités tchadiennes. « Son extradition serait en cour », selon nos sources.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page