CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Economie

Cameroun: Des recettes non pétrolières en hausse de 250% entre 2006 et 2018

Esquisse de bilan des performances de l’administration fiscale sur une période de 12 ans.

Au cours de l’année budgétaire 2006, la direction générale des impôts a collecté un volume global de recettes non pétrolières de 748,1 milliards de FCfa, sur un objectif de 722 milliards de FCfa fixé par la loi de Finances. Ce qui correspond à un taux de réalisation des objectifs de 103%. A fin 2018, c’est-à-dire 12 années plus tard, les recettes non pétrolières collectées par la DGI ont culminé à 1940,9 milliards de FCfa, pour des prévisions initiales de 1912 milliards de FCfa, ce qui correspond à un taux de réalisation des objectifs de 101,5%.

Calculette en main, au cours de la période sous revue, l’enveloppe des recettes non pétrolières au Cameroun a été multipliée par 2,5, soit un accroissement de 250% en valeur relative. Par ailleurs, les données compilées par la DGI révèlent qu’après la période 2008-2012, marquée notamment par la non réalisation des objectifs de collecte fixés au fisc par le gouvernement, à travers la loi de Finances, la courbe des performances de l’administration fiscale camerounaise s’est redressée à partir de l’année 2013. Depuis lors, elle n’a plus fléchi. Mieux, cette courbe des performances réalisées est toujours au-dessus des objectifs, qui n’ont pas non plus cessé de croître au fil des années budgétaires.

Lire aussi
Cameroun - Relance de la Sonara: Qui payera la note ?

2013 est également l’année au cours de laquelle l’administration fiscale a enregistré sa plus forte croissance en termes de recettes (+16,8%), après la progression de 15,5% enregistrée en 2011, année au cours de laquelle la DGI n’avait réalisé que 98,6% des prévisions contenues dans la loi de Finances. Depuis 2013, les taux de progression des recettes non pétrolières sont à deux chiffres, sauf en 2016 (+1,7%) et en 2018 (+8,4%).
L’exercice le plus morose reste l’année 2009, au cours de laquelle la direction générale des impôts a vu son volume de recettes collectées chuter de 3%
en glissement annuel, avec un taux de réalisation des objectifs initiaux de seulement 86,1%.

Lire aussi
Cameroun - Relance de la Sonara: Qui payera la note ?

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer