Cameroun: Des recettes non pétrolières en hausse de 250% entre 2006 et 2018

Liasse d'argent CFA

Esquisse de bilan des performances de l’administration fiscale sur une période de 12 ans.

Au cours de l’année budgétaire 2006, la direction générale des impôts a collecté un volume global de recettes non pétrolières de 748,1 milliards de FCfa, sur un objectif de 722 milliards de FCfa fixé par la loi de Finances. Ce qui correspond à un taux de réalisation des objectifs de 103%. A fin 2018, c’est-à-dire 12 années plus tard, les recettes non pétrolières collectées par la DGI ont culminé à 1940,9 milliards de FCfa, pour des prévisions initiales de 1912 milliards de FCfa, ce qui correspond à un taux de réalisation des objectifs de 101,5%.

Calculette en main, au cours de la période sous revue, l’enveloppe des recettes non pétrolières au Cameroun a été multipliée par 2,5, soit un accroissement de 250% en valeur relative. Par ailleurs, les données compilées par la DGI révèlent qu’après la période 2008-2012, marquée notamment par la non réalisation des objectifs de collecte fixés au fisc par le gouvernement, à travers la loi de Finances, la courbe des performances de l’administration fiscale camerounaise s’est redressée à partir de l’année 2013. Depuis lors, elle n’a plus fléchi. Mieux, cette courbe des performances réalisées est toujours au-dessus des objectifs, qui n’ont pas non plus cessé de croître au fil des années budgétaires.

2013 est également l’année au cours de laquelle l’administration fiscale a enregistré sa plus forte croissance en termes de recettes (+16,8%), après la progression de 15,5% enregistrée en 2011, année au cours de laquelle la DGI n’avait réalisé que 98,6% des prévisions contenues dans la loi de Finances. Depuis 2013, les taux de progression des recettes non pétrolières sont à deux chiffres, sauf en 2016 (+1,7%) et en 2018 (+8,4%).
L’exercice le plus morose reste l’année 2009, au cours de laquelle la direction générale des impôts a vu son volume de recettes collectées chuter de 3%
en glissement annuel, avec un taux de réalisation des objectifs initiaux de seulement 86,1%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *