Politique

Condamnation du silence de Kamto à la profanation du drapeau par Max Senior Ivoire de la BAS-MRC

“Celui ou celle qui n’est pas DÉGOÛTÉ par ce qui est DÉGOÛTANT est encore plus DÉGOÛTANT que ce qui ne le DÉGOÛTE pas.

Se taire l’abomination que représente la profanation ou la déchirure d’un DRAPEAU est une honte voire une faute que l’Histoire n’absoudra pas.

Notre drapeau, notre “Mont-Cameroun” notre Wouri, notre Sanaga, notre Bénoué, nos Lions Indomptables…etc sont notre lien, notre fétiche, notre Trésor commun qui n’appartient à AUCUN gouvernement ni à AUCUN parti, quelqu’il soit. Car tous passeront mais le drapeau demeurera. C’est notre socle granitique.
Et que celles où ceux qui refusent de condamner cet acte ABJECT n’arborent plus jamais le VERT-ROUGE-JAUNE lors de leur meeting.

Lire aussi
Déstabilisation : le Nigeria remet en question l'accord de Greentree qui a restitué Bakassi au Cameroun

Camerounais je suis, Camerounais, je le demeure, Camerounais je mourrai…

Un citoyen”, s’est offusqué Celestin Djamen, ancien candidat mrciste aux municipales de février prochain

QUE PRÉVOIT LA LOI?

L’article 2 du code pénal de loi N° 3/A dispose:

« l’outrage ou l’injure envers le drapeau du Cameroun sous quelques formes qu’ils aient été accomplis, qu’ils aient été faits verbalement, par écrit ou par quelque geste que ce soit, seront punis d’un emprisonnement de un à trois mois et d’une amende de 5 000F à 25 000FCFA ».

Célestin Djamen

Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page