Cancer du col de l’utérus: NON au vaccin TEST au Cameroun

Cancer du col de l'utérus

Plus 300 000 jeune filles camerounais dès l’âge de 9 ans prises de manière hasardeuse, recevront le vaccin contre le cancer du col de l’utérus.

Cette campagne sera faites sans l’accord des parents et sans contrôle préalable du profil de ces enfant. Un vaccin dont l’efficacité reste très controversé en France. Avec des risques qui peuvent aller jusqu’au décès.

Alors, dites-nous, ces 339 908 filles camerounaises que vous prenez au hasard pour injecter vos vaccins, sont-elles passées au dépistage de frottis pour vérifier si elles sont à risque ?

Ont-elles été examinées en amont pour vérifier si les parents, peut-être médecins, ne leur ont pas déjà fait prendre le vaccin ? Ont-elles le bon âge pour déjà recevoir ce vaccin ? A-t-on vérifié si elles ne feront aucune réaction allergique qui peut même conduire à leur stérilité ?

A-t-on même vérifié le vaccin lui-même que l’on veut administrer ? Puisque les experts parlent de deux doses ? Va-t-on faire deux tours dans leur établissement et d’abord consulter les effets de la première dose ?

Pr. Henri Joyeux, Cancérologue : «Les effets secondaires du vaccin en situation réelle et à long terme ne sont pas connus.»

Jean Marc Ngoss, homme politique: Comme autre exemple de dénonciation, nous avons également celle du Dr Jean-Paul Hamon, Président de l’Association des Médecins de France qui dit, je cite: « on ne connait pas son efficacité, on ne connait pas sa dangerosité ».

Dr Bérengère Arnal, gynécologue-obstétricienne, du livre « Comment enrayer l’Épidémie des cancers du sein ? », «ma fille ne sera pas vaccinée contre les HPV mais sera informée et régulièrement dépistée si nécessaire ».

Dolly Afoumba in La Plume de l’Aigle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *