Politique

Cameroun : voici pourquoi Eto’o ne pourra pas voter Paul Biya

Pendant sa tournée du 2 octobre 2018 avec le président de la Caf au Cameroun, la star du football a dévoilé le bulletin qu’il glissera dans l’urne le 7 octobre alors qu’il ne remplit pas toute les conditions pour voter.
L’assurance de Samuel Eto’o était totale quand il a pris la parole ce 2 octobre devant la pesse. Après avoir pris les patins de Paul Biya pour la rencontre de mise en confiance avec Ahmad Ahmad, c’est tout sourire que le Pichichi a affirmé son soutien au champion du Rassemblement Démocratique du peuple Camerounais pour la présidentielle du 7 octobre prochain. « Au niveau du vote je n’ai aucun doute pour qui je vais voter… mais le plus important c’est que mes frères fassent comme moi. Moi personnellement je vais voter le candidat président Paul Biya pour toutes ces choses qu’il a apporté dans ma vie…… dans ma carrière ». A-t-il lancé. Point besoin de rappeler combien cette sortie viole les dispositions du Code électorale ; en son article 100.- (1) il est notamment indiqué que « Le scrutin est secret. Le vote a lieu sous enveloppes réglementaires uniformes et opaques. ». À l’analyse de ce même texte et de bien d’autres, l’engagement de Samuel n’exclut pas le fait qu’il ne sera pas en droit de se conduire dans un bureau de vote ce 7 octobre pour réaliser son vœu. Des rumeurs avaient circulé fin 2007 relativement à la double nationalité du joueur ; c’est au fil d’un échange en mars 2017 sur la chaîne Canal 2 international qu’il a affirmé sans détour « J’ai deux cartes d’identité… espagnole et camerounaise ». L’article 45 du code électoral précise qu’ « est électeur toute personne de nationalité camerounaise, sans distinction de sexe, âgée de vingt (20) ans révolus, inscrite sur une liste et ne se trouvant dans aucun cas d’incapacité prévue par la loi. » Si l’on en croit la loi, à cet égard justement, l’article 31 de la loi du 11 juin 1968, portant code de la nationalité camerounaise stipule que « Perd la nationalité camerounaise: a) Le Camerounais majeur qui acquiert ou conserve volontairement une nationalité étrangère. ». Samuel Eto’o a affiché les siennes. Il serait passé entre les mailles du filet s’il avait fait le black-out sur sa bi nationalité comme bon nombre de cadres camerounais. Dans la mosaïque des exigences que ne respecterait pas, à l’évidence, l’ex-capitaine des lions indomptable ; il y a les conditions pour être inscrits sur les listes électorales. Le code électoral dispose à l’article 46.- (1) que « Peuvent être inscrits sur la liste électorale d’une commune, les citoyens camerounais jouissant du droit de vote et qui ont leur domicile d’origine ou résident effectivement dans ladite commune depuis au moins six (6) mois » ; le troisième alinéa de cet article est également évocateur « les militaires et assimilés de toutes armes peuvent être inscrits sans condition de résidence sur les listes électorales du lieu où se trouve leur unité ou leur port d’attache » l’alinéa 4 ajoute que « peuvent également être inscrits sur les listes électorales, les citoyens qui justifient de leur inscription au rôle des contributions directes dans la circonscription électorale concernée pour la cinquième année ».Difficile de croire que majeur, Samuel Eto’o ait pu remplir toutes ces conditions. Peut-être lui rendra-t-on des faveurs exceptionnelles pour les grands rôles qu’il joue dernièrement ; surtout sur le plan politique ….impossible n’est pas camerounais dit-on.

Baloum Amchidé, 237online.com

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer