Cameroun: Ventre affamé d’ouvrier n’a point d’oseille

La motivation de l’employé au centre de la rencontre organisée mardi par le Fne à Douala.Protais Ayangma, entre autres président du conseil d’administration de la South Media Corporation, société éditrice du quotidien Mutations, pour entretenir le public ce mardi 12 mai 2015 sur un thème : « L’impact de la motivation du personnel sur la performance de l’entreprise ». Un sujet qui tombait bien, un peu plus d’une semaine après la journée de la liberté de la presse et la question du travail décent dans la profession soulevée. Le travail décent, c’est l’un des leitmotive du Fonds national de l’emploi, dont la direction régionale a organisé le séminaire d’hier au Gicam. Pour Benjamin Kisso, directeur régional du Fne pour le Littoral, « [i]motiver le personnel fait partie intégrante de la gestion d’une entreprise au quotidien et permet de tirer le meilleur de chacun…les meilleures entreprises ont les employés les plus motivés[/i] ».
Cette rencontre s’adressait aux chefs d’entreprise, directeurs des ressources humaines et délégués régionaux des administrations publiques de la capitale économique. Ils ont ainsi pu profiter des quarante ans d’expérience de Protais Ayangma en matière de gestion des ressources humaines à des fonctions diverses. Pour le grand patron du journal dont les employés connaissent des difficultés à percevoir leur salaire, il est normal de partager la valeur avec ceux qui l’ont créée. Et c’est ce partage qui constitue la motivation. Il précise toutefois que la satisfaction des besoins du personnel vient après l’entreprise : « le personnel veut tout, tout de suite alors que l’entreprise attend les résultats pour rémunérer ». Protais Ayangma ajoute que contrairement à ce qu’on croit, l’argent n’est pas toujours la meilleure motivation, « surtout dans notre contexte où la relation personnelle prime souvent ».
Comme solutions, l’employeur peut faire rentrer le personnel dans le capital de l’entreprise dans des proportions intéressantes, lui aménager l’accès au conseil d’administration afin qu’il puisse prendre part aux décisions stratégiques.

Rita DIBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *