Economie

Cameroun: Un nouvel équipage pour continuer le bricolage à Camair-Co ?

Ayem Monger et Jean Christophe Ela Nguema prennent les commandes de la compagnie aérienne nationale, respectivement comme président du conseil d’administration et directeur général.

La nouvelle a été actée hier jeudi 7 janvier 2021, lors d’une session du conseil d’administration extraordinaire tenue à Yaoundé, en présence du ministre des Transports. Nouvelle année, nouvelle équipe aux commandes ! Camair-Co veut se refaire une santé avant le grand décollage. « L’étoile du Cameroun » rêve de briller dans les airs et faire la fierté des camerounais dont la déception reste grande face à la gestion de cette compagnie nationale, véritable gouffre à sous. Suspendue à des formules enjolivées et habituée à renouveler le top management au gré des saisons et des lobbies, la compagnie vient de s’offrir un nouvel équipage sur lequel beaucoup d’espoir est fondé.En effet, Colonel Jean Christophe Ela Nguema, jusque-là en service à l’état-major particulier de la présidence de la République, a été désigné comme directeur général au cours d’un conseil d’administration extraordinaire d’hier jeudi 07 janvier 2021 à Yaoundé.

Il aura pour adjoint, Alexandre Fochive. Le nouveau président du conseil d’administration de la compagnie aérienne camerounaise est Ayem Monger, personnage très peu connu du grand public, mais très connu de la haute administration camerounaise. Originaire du Mbam et Inoubou, il est présenté par certains caciques comme le « bras armé de Ferdinand Ngoh Ngoh », ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République. Son nom revient dans « la task-force », cet organe puissant conçu pour piloter tous les projets les plus juteux, et placer des proches dans tous les postes stratégiques du pays. Ela Nguema remplace au poste de directeur général Louis Roger Njipendi Kouotou, porté à la tête de Camair-co en mai 2019.

Lire aussi
Budget de l’Etat 2021: Lancement officiel demain à Ebolowa

Au bord de l’implosion

Les heureux promus ont reçu pour mission de piloter à bon port le nouveau plan de relance de la compagnie qui est replongée depuis plusieurs mois dans une terrifiante zone de turbulence. Entre menaces de crash, dettes colossales et malaise social, la compagnie n’existe plus que de nom. D’ailleurs, de sources dignes de foi rapportent que c’est depuis juin 2020 que la présidence de la République avait discrètement entrepris des consultations depuis quelque temps, afin de trouver un remplaçant à Njipendi Kouotou, administrateur civil arrivé à la tête de Camair-Co le 27 mai 2019, après avoir été le Pca de cette même entreprise, à partir du 24 avril 2017. Contraint à un atterrissage forcé, l’homme cède les clés du cockpit à Ela Nguema qui est le 7ème directeur général en l’espace de sept ans.

Un record qui démontre à suffire le mauvais état de santé de cette entreprise croulant sous une dette cumulée de plus de 115 milliards de Fcfa, contrainte de louer au prix fort des avions. Pour l’instant, aucun avion n’est en exploitation. Soulignons que la compagnie a récemment trouvé un appareil auprès d’un loueur ukrainien, et a soumis le dossier à la Cameroon Civil Aviation Authority (Ccaa), afin d’obtenir une dérogation d’exploitation. L’autorité aéronautique a curieusement refusé d’apposer sa signature, et instruit à Camair-Co un audit préalable du loueur, alors que les frontières sont fermées depuis à cause du Coronavirus.

Lire aussi
HUAWEI ICT RECRUITMENT : 13 étudiants en début de stage professionnel chez HUAWEI Cameroun

Sauver la face

Ce fut aussi le cas lorsqu’il a fallu au Dg de la Cameroon civil aviation authority (Ccaa), Avomo Assoumou Paule épse Koki, d’autoriser l’exploitation du MA60 qui a effectué son dernier vol le 31 mars dernier, alors que le constructeur chinois Avic avait donné son quitus pour la reprise de l’exploitation de l’appareil. Une attitude qui frise le désir de voir Camair-Co fermer les portes. Mais les pouvoirs publics tentent par ce énième renouvellement de l’équipage, de sauver la face. En rappel, suite aux tensions à répétition avec les salariés, d’une rentabilité jamais atteinte entraînant une accumulation de dettes depuis le début de ses opérations en 2011, Camair-Co a connu une véritable valse de dirigeants. C’est ainsi que, après les Néerlandais Alex Van Elk (2010-2013) et MatthijsBoertien (2013), et les Camerounais Frédéric MbottoEdimo (2013-2014) et Jean Paul Nana Sandjo (2014-2016), Ernest Dikoum (2016-2019), Louis Georges Njipendi Kuotou va lui aussi passer à la trappe. Au suivant !

Christian TCHAPMI

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page