Cameroun: seminaire gouvernemental consacré au developpement de l’administration electronique (e-government)

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, M. Philemon YANG, a présidé, ce jeudi 27 novembre 2014 à partir de 09h, un Séminaire gouvernemental consacré au développement de l’administration électronique (e-government) au Cameroun.[pagebreak]Y ont pris part, le Vice-Premier Ministre, le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, les Ministres, les Ministres Délégués ainsi que les Secrétaires d’Etat.
L’ordre du jour de ces assises comportait les points suivants :
1. un exposé du Ministre des postes et Télécommunications sur les enjeux et défis du e-government au Cameroun ;
2. Des communications sectorielles sur les expériences pertinentes de mise en œuvre du e-government, à savoir :
– l’état des lieux du télé-enseignement (e-learning), par le Ministre de l’Enseignement Supérieur ;
– l’expérience camerounaise en matière de télémédecine (e-santé), par le Ministre de la Santé Publique ;
– la mise en œuvre du projet e-regulations, par le Ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat ;
– les initiatives d’administration électronique dans les services financiers de l’Etat, par le Ministre des Finances ;
– l’implémentation du e-government au Ministère de la Fonction Publique, par le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative .
Le Chef du Gouvernement a ouvert les travaux par une communication introductive dans laquelle il a indiqué que la mise en œuvre de l’administration électronique, qui participe des initiatives amorcées dans le cadre du Programme de modernisation de l’administration camerounaise par l’introduction de la gestion axée sur les résultats (PROMAGAR), constitue une réponse aux interpellations constantes du Chef de l’Etat relativement à l’exigence de simplification des procédures et d’amélioration de la qualité du service public aux usagers.
Il a souligné que le séminaire visait en conséquence à favoriser l’appropriation par l’équipe gouvernementale des plateformes technologiques déjà à l’œuvre dans certains services étatiques et préfigurer l’important chantier de dématérialisation des procédures et de mise en ligne des services.
L’exposé principal, délivré par le Ministre des Postes et des Télécommunications, a retracé le contexte de mise en œuvre et esquissé les grandes lignes du cadre stratégique du développement de l’administration électronique au Cameroun.
Il en ressort que des progrès significatifs ont été faits au niveau de l’infrastructure de transport grâce à l’extension de la dorsale nationale de fibre optique longue de plus de 6000 KM, la construction de boucles urbaines, la mise en place du réseau d’accès à haut débit ainsi que la mise en service des réseaux mobiles de troisième génération. La problématique de la sécurisation des données et échanges électroniques trouve un début de réponse avec la mise en place d’une infrastructure à clé publique déjà opérationnelle pour les plateformes du Guichet Unique du Commerce Extérieur et de la CAMPOST.
Ces actions méritent d’être complétées par la mise en place d’un cadre juridique approprié et un renforcement des capacités techniques et humaines.
Dans le cadre des expériences sectorielles de mise en œuvre du e-government, le Ministre de l’Enseignement Supérieur a dressé un état des lieux du télé-enseignement qui s’implante progressivement dans les différents niveaux d’enseignement.
Il en est ainsi du Projet pilote pour l’amélioration de la qualité de l’éducation de base (PAQEB), qui a permis la distribution de 4620 cartables électroniques dans 51 écoles primaires pilotes de six régions et dont l’extension est envisagée. Par ailleurs, de nombreux établissements publics et privés sur l’ensemble du territoire sont aujourd’hui dotés de Centres de ressources multimédia et de portails Internet.
Pour ce qui est de l’enseignement supérieur, depuis la reconnaissance formelle de l’enseignement à distance par la loi du 16 avril 2001 portant orientation de l’enseignement supérieur, l’offre de formations à distance s’est accrue à travers les campus virtuels des Universités d’Etat et des institutions privées d’enseignement supérieur. Ces initiatives pâtissent cependant d’une bande passante toujours très onéreuse.
La communication subséquente du Ministre de la Santé Publique a souligné qu’au Cameroun la télémédecine se développe en l’absence d’un cadre juridique formel à même de garantir aussi bien la qualité et l’accessibilité des services et soins de santé que le respect de l’éthique et de la déontologie médicales.
Nonobstant ce vide juridique en passe d’être comblé, les efforts conjugués des acteurs institutionnels, des partenaires internationaux, des opérateurs privés et des associations ont permis la mise en place d’activités de téléconsultation et de télé-enseignement pour les médecins et étudiants en médecine au Centre Hospitalier Universitaire, à l’Hôpital Central de Yaoundé, à l’Université de Yaoundé I, ainsi que dans certaines grandes métropoles et même en zone rurale.
Le Ministre en charge des PME s’est appesanti sur la plateforme e-regulations, un service en ligne déployé au Cameroun depuis 2011, qui propose des informations complètes et détaillées sur les procédures administratives en matière de création d’entreprises.
Au cours de sa première phase, les informations détaillées sur cinq procédures ont été mises en ligne. Il s’agit de la création d’entreprises; du permis de construire; du paiement des impôts; du transfert des titres immobiliers et du commerce extérieur.
Le Ministre a annoncé le passage à une étape supplémentaire avec le lancement du système de e-registrations dès janvier 2015 dans 3 sites pilotes de Yaoundé, Douala et Garoua. Cette nouvelle plateforme permettra d’effectuer en ligne différentes démarches liées à la vie des entreprises.
De l’exposé du Ministre des Finances, il est ressorti que les initiatives d’Administration électronique au sein de cette administration sont encadrées par un Schéma Directeur Informatique élaboré en 2012. Depuis lors, les différentes régies financières et la direction générale du budget communiquent non seulement entre elles de manière électronique, mais permettent également aux usagers de suivre à distance la procédure de dédouanement des marchandises, de géolocaliser les marchandises en transit ou d’effectuer des télé-déclarations des impôts. Il a annoncé le lancement
imminent du paiement de la taxe foncière par téléphone portable.
La communication du Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative a présenté les projets de réforme administrative orientés e-government ;
à savoir le Système Informatique de Gestion Intégrée des Personnels de l’Etat et de la Solde (SIGIPES), la plateforme de gestion électronique des documents, la mise en ligne de la cartographie des postes de travail, le projet de création d’une base de données biométrique de tous les agents publics ainsi que la gestion en ligne des opérations relatives aux concours administratifs.
Au terme des présentations, le Chef du Gouvernement a demandé au Secrétaire Général de ses Services, par ailleurs Président du Comité de pilotage du PROMAGAR, de veiller, en liaison avec le Ministre en charge des télécommunications, à la finalisation de la stratégie nationale de gouvernance électronique, assortie d’un schéma directeur de mise en œuvre. Il lui a également prescrit de poursuivre l’action d’appropriation des enjeux et outils de l’administration électronique, par l’organisation, à court terme, d’un séminaire à l’intention des Secrétaires Généraux de ministère. Enfin,
il a engagé les Chefs de département ministériel à mettre à la disposition des usagers, sur les sites internet officiels, tous les formulaires administratifs en version bilingue.
Le séminaire s’est achevé à 11h45.

LE SECRETAIRE GENERAL DES SERVICES DU PREMIER MINISTRE,
Louis Paul MOTAZE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *