Cameroun – Recrutement à la police: un facilitateur aux arrêts à Bertoua

Signe d ela police

Il a été gardé à vue à la délégation régionale de la Sûreté nationale de l’Est depuis le 26 janvier.Hervé Nale Mbombe voulait faire partie du corps de la police nationale. Ceci, en passant par une voie peu orthodoxe. Dans ses démarches, le jeune homme de 19 ans, originaire de Belabo, est tombé dans les mailles de Njoya Mounchili Abdel Abba, 35 ans, un présumé escroc. Ce dernier lui a proposé de lui faire intégrer le corps de la police nationale contre une somme d’argent. Les premiers contacts ont été noués au mois de novembre dernier, juste quelques jours après le lancement du concours d’entrée dans le corps de la police.
C’est ainsi que Njoya Mounchili Abdel Abba lui a montré les modalités pratiques à observer en vue de faire évoluer son dossier à Yaoundé. Il a ainsi réussi à lui extorquer la rondelette somme de 130 500 F qui, disait-t-il, représentait les frais relatifs à la composition et au suivi des dossiers ; lesquels dossiers devaient être acheminés directement à Yaoundé auprès de ses « puissants réseaux » à la délégation générale à la Sûreté nationale. Pour amadouer le candidat, il lui a dit que les membres de son réseau n’ont pas besoin d’argent, mais de cadeaux. C’est ainsi que le jeune homme est allé acheter deux coqs et une chèvre supposés être acheminés à Yaoundé aux soins de Njoya Mouchili Abdel Abba.
Tout se gâte lorsque ce dernier fait savoir à son « client » que ses supposés membres du réseau ne décrochent plus ses appels. Bien plus, dit-il, ces derniers résident désormais à Ngaoundéré. Des affirmations qui ont amené la victime à se poser mille et une questions. N’ayant pas eu de réponse à ses préoccupations, il est allé dénoncer Njoya Mouchili Abdel Abba. Devant les éléments de la délégation régionale à la Sûreté nationale de l’Est, à Bertoua.
Le 26 janvier 2015, le fameux facilitateur est passé aux aveux complets. Bien plus, il a cité les noms des membres de son réseau. Il est gardé à vue à la délégation régionale à la Sûreté nationale de l’Est à Bertoua. Une enquête est ouverte pour démasquer les membres de ce réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *