Politique

Cameroun – RDPC : Les têtes de listes s’affrontent à Evodoula

Des cadres du Rdpc accusent le maire d’avoir tripatouillé les élections lors de renouvellement des organes de base du parti. L’autorité municipale quant à lui affirme que ces détracteurs n’ont aucune épaisseur politique.

Les opérations de renouvellement des organes de base dans la localité de d’Evodoula divisent les cadres du Rassemblement démocratique du peuple camerounaise (Rdpc). Les candidats têtes de liste des sections et sous-sections Rdpc, OfRdpc et OjRdpc de la Lékié Ouest II accusent Armand Eloundou Ongolo, le maire de la commune d’avoir organisé des tripatouillages pour être élu président de section Rdpc Lékié Ouest à Evodoula, localité située dans le département de la Lékié région du Centre de la section communale. Ces élections se sont déroulées le 29 septembre 2021. Ces candidats têtes de liste avancent deux arguments pour dénoncer l’élection de leur principal concurrent. Ils l’accusent d’avoir procédé au gonflement des listes d’électeurs. La deuxième raison qu’ils évoquent est que le maire de la commune a été élu alors qu’il fait l’objet d’une procédure judiciaire devant le tribunal criminel spécial depuis 2017 pour soupçons de détournement des fonds de la mairie. Ces têtes de listes ont envoyé des requêtes aux fins d’annulation au président de la Commission communale chargé de superviser les élections à Evodoula. Ils affirment que plusieurs irrégularités et manquements dont l’objet visait à favoriser l’élection du maire ont été enregistrés dans les localités d’Etok, de Nkolassa, de Nloudou.

« Monsieur Ongolo étant président de section sortant, il a gonflé les effectifs des inscrits du sommier dans son village en préparation de la fraude. Personne en dehors de lui n’a eu connaissance du contenu de ce sommier jusqu’à l’échéance du renouvellement en cours. Depuis le jour des élections jusqu’à ce jour, la liste des votants ne nous a jamais été présentée », explique un militant.

Les militants accusent le président communal des opérations de renouvellement des organes de base d’avoir violé la circulaire du président national du parti, laquelle met hors course tous les candidats qui font l’objet des procédures judiciaires devant les tribunaux. Les têtes de liste estiment que leurs requêtes adressées pour la disqualification de la candidature d’Armand Eloundou Ongolo sont restées sans suite.

Le maire de la commune nouvellement réélu président communal de la Lékié Ouest II rejette les arguments de ses adversaires. « Ces militants font l’objet de leur propre malheur. Ils ont l’habitude de perdre chaque fois qu’il y’élection et au lieu de combattre sur le terrain politique, ils ont opté par les méthodes de distraction. Un militant est celui qui prend part aux activités du parti. En 2017, ce collectif des conseillers municipaux est allé me dénoncer au Tcs en m’accusant de détournements des fonds de la commune, destinés à la construction des salles de classe. Le Tcs a saisi le corps spécialisé des officiers de police judicaire pour une enquête sur la base de ces dénonciations. Pendant les enquêtes les officiers de police judiciaire du Tcs, l’on a pu constater que les salles de classe ont été construites. Le Tcs a sollicité un cabinet pour faire faire un audit sur la base de ces dénonciations qui datent de 2017. Nous sommes en 2021, je n’ai jamais été convoqué au Tcs pour une audition. Pour l’instant, je n’ai pas encore été inculpé par le tribunal sur un quelconque détournement présumé. En 2019, lors des élections municipales, ces militants ont porté plainte contre le parti et moi au tribunal administratif de Yaoundé pour le même motif malheureusement ces plaignants ont été déboutés », explique le maire d’Evodoula.

S’agissant de l’opération de renouvellement de base des organes du Rdpc Ofrdpc et Ojrdpc, le maire affirme que le président de la Commission communale s’est personnellement rendu au Tcs dans le but de vérifier les allégations de détournements des fonds de la mairie dont le magistrat municipal a fait l’objet. La réponse transmise au président de la commission a été que ces « allégations » ne reposent pour l’instant sur aucune poursuite judiciaire. Le maire estime qu’étant un homme très populaire dans la commune d’Evodoula, il n’a pas besoin de tripatouiller les opérations de renouvellement des organes de base du parti.

Prince Nguimbous, 237online.com

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page