Société

Cameroun – Politique: Réponse de Cabral Libii à Marlene Emvoutou

Marlène Emvoutou, repris de justice et ancienne prétendante au poste de président de la Fécafoot, a décoché hier lundi 26 juin des flèches contre le jeune leader d’opinion Cabral Libii après le passage de ce dernier dans une émission-magazine sur l’antenne de Télévision équinoxe le dimanche 25 juin 2017.
 Cette sortie controversée de l’ancienne employée de la Crtv n’a pas laissé indifférent Cabral Libii qui a fait ce mardi 27 juin, la mise au point ci-dessous.
Suite à ma sortie du dimanche 25 juin 2017.
Le programme « Dimanche avec vous » d’Equinoxe TV, selon le retour qui me parvient, a enregistré le dimanche 21 juin, un taux d’audience élevé. Je remercie tous les compatriotes qui ont marqué un intérêt à ma modeste personne en consacrant 150 minutes à m’écouter. Visiblement, le choix d’accepter d’ouvrir en mondo-vision les portes de ma vie hors des plateaux de radio et télés, était judicieux. Beaucoup de téléspectateurs se sont montrés enchantés d’en savoir davantage sur celui qui depuis quelques semaines, n’avait de cesse de sensibiliser à l’inscription massive sur les listes électorales.
La jeune compatriote Marlène Emvoutou fait partie de ceux qui ont fait cette forte audience. Elle a jugé utile, par la suite, de partager avec le large public son ressenti. Son approche est légitime. ET JE REPROUVE AVEC FERMETE, L’INJURE, L’INSULTE ET L’INVECTIVE QUE CERTAINS QUI SE MONTRENT SYMPATHIQUES A MON EGARD, LUI OPPOSENT. Ses tribulations personnelles retentissantes dans son ou ses parcours, qui ont fait d’elle une identité positivement ou négativement remarquable et qui justifient que je m’arrête quand elle veut s’associer à mon image, mettent peut-être en péril sa légitimité à « faire la leçon », mais ne la privent pas, dans l’absolu, du droit de donner son avis sur qui ou quoi que ce soit.

Du coup, certains contenus de sa lettre ouverte, par leur caractère confusionnel, beaucoup s’en doutaient, obligent quelques correctifs et précisions.
1- Si Marlène avait bien suivi l’émission, elle aurait entendu que le Pr TSADE EONE m’a proposé à la fonction de Chef de chaine adjoint, non pas parce qu’il était le camarade de mon papa, mais parce que j’étais le seul cadre administratif en dehors du chef de chaine. Par ailleurs, ma nomination au poste de chef de chaine adjoint de radio campus uy2, porte la signature du Pr Jean TABI MANGA, un Ewondo de la Mefou Akono, qui a par ailleurs signé mon contrat de travail ;

2- Si Marlène avait bien suivi l’émission, elle saurait qu’à propos de mon parcours d’étudiant, il n’a nullement été dit dans l’émission, que j’étais un surdoué à l’instar du jeune compatriote de 10 ans ayant fait l’objet d’un reportage. MOI, JE DIS BIEN MOI, JE CROIS EN DIEU, AU TRAVAIL ET AU DEPASSEMENT DE SES LIMITES PAR L’EFFORT… ;

3- Si Marlène avait bien suivi l’émission, elle aurait entendu que je ne posais pas le problème de gouvernance du Cameroun en termes de « jeunes contre vieux », mais plutôt en termes d’absolue nécessité de renouvèlement et de rajeunissement du personnel politique gouvernant. Elle aurait aussi suivi que dans notre approche, les vieux qui se comporteraient en « bons parents », n’auraient rien à craindre, bien au contraire. Je réitère encore que le marasme de la jeunesse est largement tributaire de l’excès de respect aux vieux « criminels » ;

4- Si Marlène avait bien suivi le colloque sur Chantal Biya, elle saurait que je ne suis pas un adepte du Chantal-biyaisme. Elle saurait même que je n’ai participé ni de près, ni de loin au dit colloque. Il est d’ailleurs surprenant qu’une personne aussi bien « introduite » à l’Université de Yaoundé 2, ne le sache pas. Si elle a pu être renseignée sur mon parcours d’étudiant, elle aurait également pu l’être sur ma participation au colloque…
Voilà les précisions qu’il me semblait utile d’apporter. Et merci à ma chère compatriote Marlène Emvoutou de son intérêt pour ma personne. J’espère qu’elle est inscrite sur une liste électorale.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer