Cameroun : Paul Biya décrète le 17 juin férié pour la Tabaski, les prix stables !

Tabaski

En cette veille de Tabaski, le Président Paul Biya fait un geste fort envers la communauté musulmane du Cameroun. Dans un décret surprise publié ce jeudi 13 juin, le Chef de l’État a déclaré le lundi 17 juin 2024 jour férié et chômé sur toute l’étendue du territoire national. Une décision qui vise à permettre aux fidèles de célébrer sereinement la « fête du sacrifice », l’une des plus importantes du calendrier islamique.

Un geste d’ouverture dans un contexte de vie chère

Cette annonce intervient dans un contexte marqué par la flambée des prix des denrées de base, qui fait craindre une Tabaski au goût amer pour de nombreux ménages. Mais les autorités ont tenu à rassurer les populations, en particulier sur le prix de la viande de bœuf, incontournable des réjouissances.

Réuni ce jour à la sous-préfecture de Nlongkak à Yaoundé, le Comité de Gestion du Marché à Bétail a pris une résolution forte : maintenir inchangés les prix pratiqués l’année dernière, soit 2500 FCFA le kilo avec os et 3000 FCFA sans os. « Notre priorité est de lutter contre la vie chère et de permettre à tous de fêter dignement la Tabaski« , a martelé Harouna Nyandji Mgbatou, le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 1er qui présidait les travaux.

La Tabaski, symbole du vivre-ensemble à la camerounaise

Au-delà de l’aspect économique, la décision de Paul Biya revêt une portée symbolique et politique importante. Dans un pays où près de 30% de la population est de confession musulmane selon les chiffres officiels, ériger le lundi de Tabaski en jour férié est un signe fort d’ouverture et de reconnaissance envers cette communauté.

Un geste d’autant plus remarqué qu’il intervient dans un contexte sécuritaire tendu, marqué par la menace persistante du terrorisme islamiste dans la région de l’Extrême-Nord. En accordant ce jour férié, Paul Biya envoie un message clair : le Cameroun reste un modèle de cohabitation pacifique entre les religions, une terre de tolérance où chacun peut vivre et pratiquer sa foi en toute quiétude.

Un répit bienvenu dans un quotidien sous tension

Pour les fidèles musulmans, ce jour férié est accueilli comme une bouffée d’oxygène dans un quotidien de plus en plus difficile. « C’est un soulagement de pouvoir célébrer la Tabaski sans avoir à se soucier du travail ou des cours« , confie Fadimatou, étudiante et mère de famille, contactée par 237online.com. « Avec la cherté de la vie, chaque dépense est un casse-tête. Alors ce jour férié, c’est un vrai cadeau qui va nous permettre de nous retrouver en famille ».

Au-delà de son aspect religieux, la Tabaski est en effet un moment de partage et de convivialité, où les familles se retrouvent autour d’un repas copieux. Une parenthèse festive et chaleureuse dont les Camerounais, toutes confessions confondues, ont bien besoin en ces temps troublés.

Alors que le pays traverse une période difficile, entre crise économique et menaces sécuritaires, ce geste du Chef de l’État en faveur de la Tabaski apparaît comme un message d’espoir et d’unité. Une manière de rappeler que malgré les difficultés, le Cameroun reste debout, fort de sa diversité et de ses valeurs de tolérance. Vivement lundi !

Par Aïcha Sali pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *