Politique

Cameroun : Paul Biya a étalé sa grande forme le 1er avril 2021

Ce n’est pas un fantôme. Encore moins un sosie qui a reçu, le 1er avril dernier, le Haut-commissaire de Grande Bretagne, Rowan James Laxton, arrivé en fin de séjour au Cameroun.

C’est bel et bien Paul Biya, le chef de l’Etat camerounais. Un Paul Biya debout sur ses deux pieds, dégageant la forme et la lucidité. Avis donc à tous ces prétendus dauphins qui, à un moment donné, ont cru devoir profiter de la fragilité physique du président de la République pour prendre au forceps les rênes du pouvoir. Avis surtout aussi aux gestionnaires véreux des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19 (fonds provenant du Fonds de solidarité et du Fonds monétaire international (Fmi). Sans oublier ces autres gestionnaires indélicats des fonds des chantiers de la Can 2019. Pour ce qui est des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19, ce sera l’un des sujets phares de notre prochaine édition qui, sera suffisamment édifiant pour éclairer la lanterne de nos lecteurs.

Le président Paul Biya est un homme d’Etat clairvoyant, lucide et responsable ; autant qu’il demeure vif, éveillé et perspicace dans l’exercice de ses très hautes fonctions ! Ceux des pourfendeurs qui en doutaient encore, l’audience d’adieu entre le chef de l’Etat camerounais et le Haut-commissaire de Grande Bretagne, constitue un solide démenti ; une réplique cinglante contre les incrédules et disciples sceptiques de Thomas qui, subodoraient de « la lucidité et la réactivité » du président Paul Biya, ainsi que l’étendue de sa vaste culture british. La scène aurait pu être imperceptible, et confondue à un « poisson d’avril », si le 1er avril 2021, le président Paul Biya, rayonnant de conviction, n’avait déclamé son propos avec cran et assurance. C’était lors de la phase consacrée à l’échange de cadeaux entre le président de la République et le Haut-commissaire de Grande Bretagne SE Rowan James Laxton, arrivé en fin de séjour au Cameroun. En gentleman, Mister Biya confia à son interlocuteur qu’il était en train de lire un volumineux livre sur l’homme d’Etat Winston Churchill. « 1000 pages ! », précisa le président Paul Biya, sûr de son fait, sous le regard admiratif de l’hôte britannique.

Lire aussi
Chan 2020 : Le « Grimba » et les prières n'ont rien donné au Cameroun

Lucidité littéraire et psychanalytique

La confidence du chef de l’Etat, relayée par l’organe de presse en ligne « Word News Cameroon » permet de découvrir un homme d’Etat pétri de connaissances et de cultures universelles. Combien avaient connaissance du livre de Martin Gilbert consacré à la biographie abrégée du plus emblématique et charismatique des Premiers Ministres anglais (1940-1945) et (1951 à 1955). des tonnes de tomes ! « 1000 pages » à parcourir en lectures intensives, il faut le faire ! Et surtout, le faire à ce grand âge ! Le livre intitulé « Churchill : A Life », est le condensé d’une
Bible politique de 1066 pages, publié aux éditions Henry Holt & Company Inc, réédité et publié le 1er janvier 1996, pour le grand intérêt de la postérité. Ce livre fantastique ne se laisse pas parcourir par un être qui a perdu sa mémoire ! Celle de Paul Biya est intacte ! Eh oui ! 1066
pages à bouquiner seraient contre-indiqués et passivement indigestes pour un simple néophyte de la littérature, sevré de prérequis anglosaxon.

Lire aussi
Cameroun : Ferdinand Ngoh Ngoh peut-il sauver la fonction publique ?

Octogénaire pourtant, et pas un neurone en moins, le président Paul Biya en est à dévorer des tonnes de tomes, n’en déplaise aux Thomas. Preuve par « 9 » que l’Homme-lion de Mvomeka’a qui visite ainsi, tout aise, la biographie du Vieux Lion de Londres, reste et demeure un intellectuel alerte. Identités remarquables ou destins croisés, Biya et Churchill sont rentrés de pleins pieds dans les annales précieuses de l’Histoire. L’un et l’autre ont enjambé deux siècles périlleux. Winston (1874-1965) et Paul (1933-… ), des siècles effervescents riches en événements évanescents…

La confidence de Paul Biya à Rowan James Laxton certifie toute la lucidité littéraire et psychanalytique du président. Loin d’être un handicap, son âge fait autorité. Paul Biya a l’âge de l’expérience politique. Il n’a rien perdu de sa superbe. Vif, alerte, sportif, Mister Biya a depuis longtemps ménagé son hygiène de vie. Le Cameroun est gouverné. Le pays est dirigé par un homme lucide et fringant ; un leader d’exception à qui le peuple, dans son écrasante majorité, a maintes fois renouvelé sa confiance démocratique. Le pays est gouverné, il y a bel et bien un pilote à bord.

LA NOUVELLE N° 585 du lundi 12 avril 2021

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page