Cameroun - Obscurité a Yaoundé: Symptôme d’un système obsolescent - 237online.com
PolitiqueSociété

Cameroun – Obscurité a Yaoundé: Symptôme d’un système obsolescent

On sait bien ce que le Gouvernement voudrait entendre, à savoir qu’il fait des efforts remarquables qui conduisent le Cameroun à bon port.

Il veut qu’on approuve son modèle de gestion, et tout au plus est-il prêt d’accepter quelques critiques de forme. Il se trouve malheureusement qu’il a tort. Et le lui dire, ne signifie pas qu’on n’est contre lui ou qu’on lui demande de partir. C’est lui dire tout simplement la vérité, afin qu’il agisse en conséquence.

La situation dans laquelle se trouve le Cameroun ne peut plus s’améliorer en restant dans le même système. Ce n’est pas possible.
Que l’obscurité règne dans la ville de Yaoundé pendant des semaines ne peut pas être anecdotique : on a beau se rassurer à travers des explications ad hoc comme on le fait d’habitude, il n’empêche : cela traduit une profonde déplétion d’un système épuisé, qui n’est plus capable de répondre à des exigences minimales.

L’Etat du Cameroun est en effet au bout du rouleau : ayant pris sur lui la titanesque tâche de « fabriquer » la Nation camerounaise et de développer les Camerounais sans les Camerounais, à travers la confiscation des 4.500 Milliards de la Nation, il se retrouve débordé de toutes parts, harcelé, écrasé par une demande sociale qui s’amplifie à une vitesse exponentielle.

Son « unité nationale » administrative s’écroule en larges pans entiers, rongée par le tribalisme politique et soumis aux coups de boutoir de la Sécession anglophone qui épuise ses maigres ressources.

Sur le plan économique, l’Etat n’a même plus les ressources pour entretenir les infrastructures construites il y a quarante ans !
La route Yaoundé-Bafoussam ou Ngaoundéré-Kousseri sont devenues de véritables mouroirs. N’en parlons plus des autres routes qui se dégradent partout dans la République, le réseau électrique obsolescent, les salles de classe en hutte cohabitant avec des écoles délabrées, les centres de santé sans plateau technique, etc.

Les infrastructures engagées en 2010 dans un enthousiasme délirant comme l’autoroute Yaoundé-Douala sont complètement à l’arrêt, voire à l’abandon.

La Coupe d’Afrique des Nations menace de « glisser « une fois de plus, à la grande honte du pays. Et à la vérité, peu de gens croient à la capacité du Cameron d’organiser cet événement en 2021. Bien plus, la croissance qu’on ne cesse de brandir pour faire illusion n’est qu’une argutie statistique, car une véritable croissance se calcule à « balance courante équilibrée ». Si vous avez une croissance alors que votre balance commerciale se déséquilibre davantage, cela signifie que vous améliorez votre niveau de vie en prenant les biens des autres sans payer. C’est cela que font les malhonnêtes au quartier : ils vivent bien, mais sans payer le loyer et sans régler leurs factures dans les bars…

Et c’est bien ce que fait le Cameroun, avec une balance commerciale qui explose alors qu’on parle de croissance !
On a expliqué et réexpliqué au régime de Biya de segmenter l’Etat en un Etat central et des Etats Régionaux ou Fédérés de manière à alléger leur mission et mieux s’acquitter de leurs tâches, ils s’arcboutent dans leur modèle manifestement périmé qui prend l’eau de toutes parts.
Je n’ai jamais compris cet incroyable entêtement du Gouvernement de porter sur son dos la misère de tout le Cameroun ! Quel masochique plaisir des gens normaux peuvent ressentir à être accusés de tous les échecs du pays, à être maudits dans toutes les chaumières du Cameroun, juste
pour le plaisir malsain de manipuler l’argent de la Nation ? Dans la configuration actuelle, l’Etat du Cameroun n’a pas les moyens de remonter la pente glissante sur laquelle le pays est engagé.

Ni les rencontres successives des Ministres, ni les appels aux partenaires extérieurs, ni l’endettement, rien de tout cela ne peut plus sauver le Cameroun. Il faut entreprendre de vraies réformes, il faut segmenter l’Etat et délester le pouvoir central de tous ces millions d’attributions que le Gouvernement croit participer de sa puissance, mais qui l’affaiblissent plutôt et très grièvement.

Messieurs les Membres de Gouvernement, prenez la moitié des ressources budgétaires avec quelques missions stratégiques, et remettez l’autre moitié aux Etats régionaux ! Ils vont mieux se débrouiller que vous et vous n’aurez plus à subir ce harcèlement permanent, ces quolibets, de mépris profond qui monte contre vous! Et il faut le faire le plus tôt possible, car chaque minute qu’on passe en atermoiements ne fait qu’aggraver les rigidités d’un système qui ne peut plus marcher.

Dieudonné ESSOMBA

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer