Cameroun – Militants du MRC Incarcérés: Raoul Fotso, le jeune engagé qui croit à un triomphe proche

Il a été arrêté trois fois en 9 mois. Il fait partie de la centaine de personnes en détention depuis le 26 janvier.

Dans son édition en kiosque le 9 mai 2019, le quotidien Le Jour revient sur l’engagement de Raoul Fotso, ce jeune militant du MRC qui avait été interpellé à Douala, le 20 mai 2018 alors qu’il filmait à l’aide d’un drone, le passage du du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun au défilé marquant la fête nationale. Il avait été libéré après trois jours de détention.

«Quelques mois seulement plus tard, Raoul Fotso, devra à nouveau connaître les affres de la détention. Cette fois-ci, il est arrêté avec d’autres personnes, Me Ndoki notamment, lors d’une manifestation pacifique organisée après la promulgation des résultats de l’élection présidentielle, le 27 octobre 2018. Une troisième arrestation, toujours dans le cadre de son activité politique, surviendra le 28 janvier 2019. C’est celle qui lui vaut d’être en ce moment détenu à la prison centrale de Yaoundé», peut-on lire dans le journal.

«En quelques années d’engagement politique, Raoul Fotso a donc déjà vécu dans sa chair la violence du pouvoir en place à Yaoundé. Mais pouvait-il connaître une autre trajectoire? Aurait-il pu se mettre en marge du mouvement de revendication d’un meilleur Cameroun? Il est convaincu que non, du fait de sa filiation, notamment. Il rappelle ainsi avec fierté qu’il est issu de la lignée d’un combattant pour l’indépendance du Cameroun, Samuel Wanko», lit-on

Et il est convaincu que c’est ce sang de combattant qui coule dans ses veines qui l’a poussé à s’engager en politique. «Parce que le Cameroun a besoin des hommes et femmes compétents pour gérer la société. Je suis convaincu que seul un Cameroun qui prône la justice, l’égalité, la promotion des initiatives permettra de profiter de l’expérience de notre diaspora favorable à un retour au Cameroun», ajoute-t-il.

Selon le jeune leader de 25 ans, il a été séduit par le projet de société du Pr Maurice Kamto, «visant la modernisation du Cameroun à travers cinq chantiers». Il a fait partie de cette dynamique équipe de jeunes qui accompagnait le président du MRC dans les tournées dans les régions du Cameroun.

«Il en a fait 7 sur 10. Son apport dans la couverture des meetings courus, assisté de drones aura été une innovation. Avec quatre autres amis politiques, il implante le parti dans l’arrondissement Douala 4 en mai 2013. La jeune formation politique obtiendra deux sièges de conseillers municipaux dans cette commune lors des élections municipales qui ont lieu cette année-là», relate notre confrère.

En 2017, à la demande du directoire du parti, «il va assurer la présidence de la task force du MRC à Douala 4, avec pour mission de régler les conflits internes. Cette mission va aboutir à la mise en place d’une équipe forte, dynamique et engagée. Le candidat du parti obtiendra un pourcentage de 56% dans cet arrondissement à l’issue de l’élection présidentielle d’octobre 2018. Raoul Fotso est actuellement secrétaire départemental délégué en charge de l’implantation et l’évaluation du parti à Douala 4».

Raoul Fotso est l’aîné d’une fratrie de 5 enfants. Il a commencé son cursus scolaire à Yaoundé. «Il l’a poursuivi à Douala où il a obtenu un diplôme d’études supérieures en Finance à l’ESSEC. En 2012, il s’envole pour la France où il se forme en entrepreneuriat social. Au contact de plusieurs jeunes innovateurs dans le domaine des NTIC, il poursuit des formations en programmation. Aujourd’hui, il est cofondateur d’Eduair (anciennement Kwiizi Box), la première solution pour l’éducation Offline pour l’Afrique. Avec Eduair, il a remporté plusieurs prix, dont le 1er prix GSVC francophone à Paris, le 3e prix EDF Pulse Afrique à Paris, le 1er prix FIRE Afrique au forum international pour la gouvernance de l’Internet à Genève, le 1er prix entrepreneur social en Afrique du Sud et plusieurs autres prix au Cameroun et en Afrique».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *