Non classé

Cameroun : Maurice Kamto « séquestré » chez lui à Yaoundé

Le leader du Mrc est gardé dans son domicile depuis le 6 novembre dernier ; interdit de tout mouvement.

Au domicile du Pr Maurice Kamto hier, 7 octobre, aux environs de 19 h, deux voitures de couleur blanche sont garées devant la clôture. Aucune personne en vue. Seuls des ouvriers qui se débarbouillent devant l’immeuble en chantier situé en face de la résidence. Un homme vêtu d’un pantalon et d’un blouson sort de l’un des véhicules garés, fait le tour et s’installe à la cabine sur le siège passager, près d’un deuxième individu occupant le siège conducteur. Pendant la quinzaine de minutes passée sur les lieux ; aucun autre mouvement n’est observé. Mais plus tôt dans la journée apprend-on, des véhicules de gendarmerie étaient garés tout autour de la maison du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun(Mrc), avec des gendarmes en tenue et en civil.

Le candidat arrivé deuxième à la dernière élection présidentielle est, selon son porte-parole, séquestré dans son domicile. Joint au téléphone, Olivier Bibou Nissack rapporte : « Nous n’avons pas dit qu’il est assigné à résidence, nous disons qu’il est objet d’une séquestration. Une assignation à résidence ne se fait pas verbalement, elle est l’objet d’une notification, d’un acte en occurrence écrit par un juge d’instruction. Ce n’est pas juste qu’on vous empêche de sortir de chez vous, on appelle cela une assignation. Dans le cas où il n’ya pas d’acte judiciaire émanant d’un juge, cela s’appelle une séquestration, ça révèle de ce qu’on appelle une voie des faits. Voila pourquoi en ce qui concerne le Pr Kamto, nous disons qu’il est séquestré. Lorsqu’il a voulu se rendre à un rendez-vous dans l’après-midi, son véhicule a été stoppé par un pick-up de la gendarmerie. » Aucun recours n’a été entrepris jusqu’alors. Le Pro Alain Fogue explique : « On ne peut pas entamer des démarches dans le non droit, puisque l’acte posé par la gendarmerie ne repose pas sur une action, il n’y a aucun document.

On ne peut pas signifier un non acte. La signification sur le plan juridique c’est aussi la remise à une personne intéressée dans une affaire d’un acte écrit sur lequel il prend connaissance de ce qui lui est reproché ou de la décision prise contre elle. » Pour le porte-parole de Maurice Kamto, cette interdiction relève du pur et simple arbitraire dictatorial. Il ajoute : « il ne fait aucun doute que le régime de Yaoundé veut museler et emprisonner arbitrairement et de façon tacite celui qui est la preuve et la victime vivante du hold-up électoral au Cameroun. Sachant que les recours au plan international sont mis en branle, le régime de Yaoundé veut rendre muet et invisible de la scène nationale et internationale Maurice Kamto. » Maurice Kamto a été accompagné par les forces de l’ordre à son domicile le 6 novembre alors qu’il avait organisé une rencontre avec ses militants. Pendant que le président de la République prêtait serment à l’hémicycle de Ngoa Ekelle, le leader du Mrc prononçait un discours au « rond-point Nlongkak ». Dans son allocution, il restait convaincu d’avoir remporté l’élection présidentielle du 7 octobre dernier. Depuis lors, il n’a pu sortir de son domicile.

Commenter avec facebook

Source
Cécile Ambatinda
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer