Politique

Cameroun – Luc Atangana Messi : Un danger pour Paul Biya à Yaoundé

Les rapports entre le « super maire » de la ville de Yaoundé et plusieurs maires d’arrondissement sont de plus en plus exécrables.

Luc Atangana Messi, feignant d’oublier qu’il a été investi par le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), ne semble faire qu’à sa tête. Ce qui risque d’aboutir à une implosion du parti de Paul Biya dans le département du Mfoundi. Depuis quelques temps, Luc Atangana Messi semble avoir pour cible les boutiques aménagées par ses collègues maires des arrondissements de Yaoundé. Certaines communes semblent particulièrement être visées. Il s’agit des communes d’arrondissement de Yaoundé 1er, Yaoundé 6 et Yaoundé 7. Après les épisodes de Yaoundé 1er et de Yaoundé 6, le «super maire», comme il aime à se faire appeler, a envoyé le 22 avril dernier, de nombreux commerçants au chômage au quartier Nkolbisson, dans l’arrondissement de Yaoundé 7. Et ce, à travers la casse de près d’une soixantaine de boutiques. Dans la même foulée, les engins et les gros bras de Luc Atangana n’ont pas épargné une station-service en construction et dont les promoteurs, à en croire les riverains, disposent d’un titre foncier sur ladite parcelle et se sont conformés aux prescriptions administratives. Un dossier en vue de la délivrance d’un permis de bâtir aurait à cet effet été introduit dans les services compétents de la mairie de la ville de Yaoundé.

Seulement, sans une notification formelle, les gros bras de Luc Messi Atangana et ses engins se sont lancés dans la destruction de l’ouvrage. Selon quelques témoignages, l’on a même frôlé une rixe entre les éléments de la police et ceux du corps de la gendarmerie déployés sur le site. Pour ce qui est particulièrement des casses des boutiques dans la commune d’arrondissement de Yaoundé 7, l’on apprend de sources sûres que le «super maire» de la ville de Yaoundé avait été préalablement saisi par les responsables de la mairie de Yaoundé 7 en vue d’obtenir un permis de bâtir pour la construction desdites boutiques. Seulement, Luc Atangana Messi se serait tout simplement débiné, sans raison apparente, en orientant plutôt le dossier vers le ministère du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf). Celui-ci n’aurait naturellement pas manqué de marquer son accord de principe sur la demande formulée par les responsables de la mairie de Yaoundé 7. Selon nos mêmes sources, une lettre y relative aurait même été adressée au préfet du département du Mfoundi pour avis. Des arrêtés en vue de la constitution d’une commission pour attribution de la parcelle querellée à la commune de Yaoundé 7 auraient à cet effet été pris. Des actes bien connus dans les services départementaux des domaines du Mfoundi.

Lire aussi
Cameroun : Les incertitudes d’une réforme du Code électoral

Même étant «super maire» comme il aime à se faire appeler, certains observateurs se demandent aujourd’hui si Luc Atangana Messi ignore qu’aucune mairie n’exerce la tutelle sur une autre en ces temps de décentralisation ? En cas de mésentente ou de litige, c’est le préfet qui arbitre en premier ressort avant la saisine éventuelle de la chambre administrative de la Cour suprême. Au sein de l’élite du siège des institutions, nombreux sont ceux des observateurs qui se demandent aujourd’hui si les parrains de Luc Atangana Messi ne se sont pas trompés sur ce personnage au centre de toutes les controverses et dont l’arrogance commence à faire grand bruit à la préfecture du Mfoundi.

Influences politiciennes

Au cours de nos investigations, un grand conseiller à la mairie de la ville de Yaoundé nous dira sous cape que Luc Atangana Messi est un homme fourbe, arrogant sur les bornes qui n’hésite même pas à ignorer les délibérations du Conseil de communauté pour prendre ses décisions. Du coup, au sein de cette instance, de nombreux conseillers estiment que Luc Atangana Messi est un hors-la-loi puisque le système des communes qu’il feint d’ignorer est strictement régi par une loi. Pour les détracteurs du «super maire» de la ville de Yaoundé, la sobriété apparente qu’il affiche n’est qu’un leurre. Ils nous apprennent que l’homme serait aujourd’hui à la tête d’un riche patrimoine foncier à Yaoundé qui pourrait déjà intéresser les fins limiers de la Commission nationale anti-corruption (Conac) quant à son acquisition. Vrai ou faux ?

Toujours est-il que de nombreux observateurs s’interrogent sur ces actes conscients ou inconscients que posent Luc Atangana Messi. Des actes assez graves qui sont de nature à déstructurer tout le système Biya dans le département du Mfoundi. De Fouda André, en passant par Emah Basile, Amougou Noma et Gilbert Tsimi Evouna, ces observateurs soutiennent que la cité capitale n’a jamais connu ce qu’elle vit aujourd’hui avec Luc Atangana Messi. Même à la mairie de Yaoundé, le management de Luc Atangana Messi est décrié. Certains proches collaborateurs du «super maire» estiment sous cape que le successeur de Gilbert Tsimi Evouna brille par ses méthodes moyenâgeuses.

Lire aussi
Soutien total de United4Cameroon à Sa Majesté le roi Fo’o Sokoudjou

A peine arrivé à la tête de la mairie de Yaoundé, se souviennent quelques agents, en moins d’un an de règne, l’ancien secrétaire permanent du Conseil national de la décentralisation avait déjà révoqué plus de 7 employés au sein de son administration, dont 3 chauffeurs qui avaient été déférés à la prison centrale de Kondengui et 4 autres personnes purement et simplement renvoyées au quartier. Tandis que certains estimèrent que le nettoyage déclenché par le «super maire» de la ville de Yaoundé visait à instaurer la discipline dans les rangs, d’autres y avaient plutôt vu une stratégie de Luc Messi Atangana non seulement pour imposer son influence, mais également pour mettre en place un réseau de sexagénaires à sa solde.

Pour des motifs non élucidés, indiquent nos sources, l’ancien directeur du développement et des infrastructures, Albert Toué Evini, l’ingénieur de conception de génie civil dont les 15 années d’expertise ont marqué de grandes innovations aux côtés de l’imperturbable Tsimi Evouna, étaient passées dans les mailles du «super maire». Tout ceci apprend-on, pour récupérer l’ancien conseiller N°2, Jean-Claude Andzé Olinga, dont l’âge de départ à la retraite avait sonné depuis le magistère de «Jack Bauer».

Du jamais vu ! Toutes nos tentatives de joindre Luc Atangana Messi pour avoir sa version des faits sont restées vaines. Mais dans son proche entourage, l’on affirme que le maire de la ville de Yaoundé ne fait que son travail dans le strict respect des textes, même si de temps en temps leur patron est rattrapé par quelques «influences politiciennes». De qui ? Allez donc le savoir.

LA NOUVELLE N° 587 du lundi 26 avril 2021

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page