Cameroun – Lions Indomptables: Le livre-testament de Volker Finke

L’ouvrage‐autobiographie, titré «Le Lion de Friburg», fait le procès de la Fécafoot, de Roger Milla et de la presse camerounaise.
Editée par Dresde, l’aventure littéraire du désormais ex‐sélectionneur des Lions Indomptables devrait sortir officiellement en février 2016. Morceaux choisis d’un projet éditorial presque mort‐né, puisque les financements promis par l’équipementier Puma sont suspendus depuis la soirée du vendredi dernier, à la suite du limogeage de V. Finke de l’équipe nationale fanion du Cameroun.
L’ex‐sélectionneur des Lions indomptables préparait la sortie de son autobiographie. Le document prévoyait de faire le procès de la Fécafoot, de Roger Milla et de la presse camerounaise. Il a été abattu en plein vol par le président de la Fédération camerounaise de football.
L’équipe nationale de football fanion du Cameroun sʹoffre un nouveau staff technique.
Lʹentraîneur Volker Finke a été remercié le 30 octobre 2015 par Tombi à Roko Sidiki, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Le tandem Alexandre Belinga et Bonaventure Djonkep devrait assurer lʹintérim pour les prochains jours. Sur les ondes de la radio publique nationale, le patron de la Fécafoot reprochait à l’Allemand une flopée de mauvaises performances. D’autres indiscrétions parlent d’entêtement et insubordination notoire à l’égard des corps constitués de l’Etat. L’homme de cour, recruté par la Fécafoot à la tête de l’encadrement technique des Lions Indomptables le 22 mai 2013, sort, finalement, côté jardin, pour avoir trop cru à la fidélité de ses appuis à la présidence de la République et dans les couloirs de l’équipementier Puma.

Publication
Selon nos informations, le bail sur le banc de touche des Lions indomptables est rompu au moment où le technicien allemand préparait la sortie de son livre. Le titre, «Le Lion de Friburg». Trois cent soixante‐dix pages, remerciements compris, à vocation autobiographique, mais dont lʹunique but est de régler ses comptes avec la Fécafoot, Roger Milla et la presse camerounaise. La sortie officielle du document édité par Dresde était annoncée pour le mois de février 2016 en Allemagne.
Selon une source bien introduite, le livre ne paraîtra plus. 237online.com L’équipementier Puma, principal bailleur de fonds de l’entraîneur écrivain, a suspendu ses financements dès le soir du 30 octobre 2015. Le contenu du livre est né dʹune frustration, dʹune rancœur ou dʹune amertume, cʹest selon. Quand Roger Milla, un jour de juin 2014 au Brésil, a eu ce mot dur: «Finke, tu es un gourou du jeu archaïque !» L’ancien joueur de Friburg (Allemagne) ne sʹest jamais remis de cet affront survenu dans les vestiaires peu avant le match Cameroun‐Croatie à la dernière coupe du monde. A chaud, Finke a menacé le mythique avant‐centre du Cameroun d’un duel à mains nues dans les bois bordant le centre d’entraînement. A froid, il a mené une campagne et fera de Roger Milla un mauvais exemple pour son staff et son groupe. Et comme, in fine, cela sʹest mal passé, l’ancien coach des Lions indomptables nʹa pas hésité à se répandre dans des allusions guère professionnelles.

Coulisses
«Je suis le meilleur entraîneur du monde. Je nʹai aucun doute là‐dessus.» Voilà comment Volker Finke entame le dernier chapitre de son livre avant de donner le tempo sur les négociations sur la prolongation de son contrat en mai 2013. Dans ses écrits, le s*e*xagénaire avoue avoir imposé aux autorités camerounaises sa propre vision des taux de change, son salaire en euros, converti à sa demande en dollars. Le texte défend aussi Puma soupçonné d’avoir manœuvré en coulisses pour obtenir sa nomination du sélectionneur en débarquant sans façon, Jean Paul Akono, broyé par un accident cardio‐vasculaire. A l’équipementier, Finke distribue les bons points. Mais se montre plus dur lorsqu’il évoque les échanges en coulisses avec les
journalistes camerounais. «C’est un corps de métier que j’ai honni à Yaoundé», écrit‐il. Sûr de lui et de son «savoir footballistique supérieur à la moyenne des coachs», l’entraîneur écrivain le couple avec un culte du chef aiguisé. «Je n’ai jamais aimé les autodidactes qui ne se soumettent à aucune discipline». En filigrane, Roger Milla. Cela donne cette belle page de littérature: «Jʹétais détesté par un ancien joueur que le hasard fit naître à Yaoundé. Quelques‐uns en avaient fait leur délégué aux mauvaises nouvelles au sein des Lions indomptables. Si, encore, il en avait donné une bonne parfois, cela aurait pu équilibrer. Mais non, on ne l’utilisait que pour les mauvaises.»
Finke rend l’ancien goaléador responsable d’intrigues tortueuses en le décrivant par le menu, les petitesses de ses commanditaires, sans s’égratigner lui‐même à propos de la débâcle brésilienne. La Fécafoot «baroque et égotiste, avec ses ridicules et ses grandeurs», selon Finke. Lequel excelle dans la description des mœurs de certains dans la tour de Tsinga. 237online.com «C’est une garde rapprochée manœuvrière et déterminée, sans grand scrupule, un assemblage de compétences, de travail et d’initiatives, mais aussi de querelles médiocres, de conflits de vanité, de coups bas et de mesquines trahisons, de personnages de théâtre».

Jean‐René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *